Forum Francophone Silverchair

Forum de discussion dédié au groupe Silverchair

Les pires bouses du cinéma

Cinéma, littérature, arts divers... Étalez votre savoir ici, ou venez vous en octroyer.

Re: Les pires bouses du cinéma

Messagepar Auré » Mer 19 Déc 2012 17:49

Je savais qu'il valait mieux qu'on se refasse un DVD déjà vu et revu à la place :p
Bon j'y ai pas trop mis du mien, j'ai dormi... mais après la 2ème pub seulement !
Image
Avatar de l’utilisateur
Auré
 
Messages: 439
Inscription: Jeu 12 Mai 2011 19:23

Re: Les pires bouses du cinéma

Messagepar Moe » Mer 19 Déc 2012 18:06

Non Ouest-France c'est juste écrit par des mauvais journalistes, ou des gens qui sont pas journalistes.
Spencer stands on a beach, contemplating the meaning of life... Often he wonders what's on the other side of the ocean... Then Spencer realizes he is a dog and shits on the sand.
Avatar de l’utilisateur
Moe
 
Messages: 499
Inscription: Sam 4 Déc 2010 19:35
Localisation: Snoop Lyon

Re: Les pires bouses du cinéma

Messagepar Yoan » Mer 19 Déc 2012 21:44

Il n'y a rien de plus distribué/diffusé que la presse gratuite, ce qui fait de "Metro" un titre plus lu que "Le Monde", rubriques culture inclues. Après, en termes de qualité rédactionnelle, là je sèche.

Et de toute façon, 2012 a globalement reçu des bonnes critiques pro' partout. Même de la part de titres spécialisés. C'est juste que le coup de la "psychologie soignée des personnages", c'est franchement hilarant. J'ai lu aussi, sur un autre canard, que le film "balaie les clichés du genre"... Ah ouais. On parle quand même d'un premier rôle qui est écrivain raté (John Cusack tient d'ailleurs le même rôle dans une adaptation de "La Chambre 1408" de Stephen king), qui a divorcé parce qu'obsédé par l'écriture de ses navets, et qui entretient du coup des relations difficiles avec son gosse, qui lui en veut secrètement de pas avoir assuré pour sa famille. Mais cette catastrophe va tous les rapprocher. Du coup, il va ré-emballer son ex, devenir un héros pour son fils, et pendant ce temps, on a un scientifique cré cré cré gentil qui explique aux gens que c'est mal de ne pas penser aux autres dans des moments pareils. Il va même faire un discours tellement émouvant que les égoïstes qui voulaient juste sauver leur gueule vont finalement accepter d'ouvrir les portes d'un vaisseau/Arche construit pour parer à l'apocalypse, à quelques minutes d'un raz de marée XXL. La fin du film, c'est un décompte avant impact, où la cata' est évitée à une seconde près. Et puis, le scientifique qu'est super gentil, il va emballer la fille du Président, qui lui est mort pour son pays parce qu'il trouvait ça pas cool de se défiler. Alors que le relou' qui était moins porté sur le délire "Il faut tous qu'on s'entraide", il passe pour un con et personne ne l'aime.
Y'a aussi avant ça un illuminé aux cheveux longs aux airs un peu hippie qui vit dans un van, et qui sait qu'on va tous crever. Il a même collectionné des articles de journaux qui accréditent sa thèse. Mais personne veut le croire, parce qu'il a l'air d'un dingue.

Même pendant les courses poursuites, le sol se dérobe toujours juste derrière leur voiture/avion/bateau.

Et dans cette farce de 2h40, c'est bien sûr la famille-modèle ricaine la plus conservatrice qui soit qui gagne à la fin.

Ah oui, ce post est plein de spoilers. mais si ça peut encore vous empêcher de le voir, honnêtement...
Image
Avatar de l’utilisateur
Yoan
Administrateur du site
 
Messages: 2289
Inscription: Ven 3 Déc 2010 21:58

Re: Les pires bouses du cinéma

Messagepar Moe » Mer 19 Déc 2012 22:22

J'comptais ni le voir ni savoir ce qui se passait dedans, mais merci quand même.
Spencer stands on a beach, contemplating the meaning of life... Often he wonders what's on the other side of the ocean... Then Spencer realizes he is a dog and shits on the sand.
Avatar de l’utilisateur
Moe
 
Messages: 499
Inscription: Sam 4 Déc 2010 19:35
Localisation: Snoop Lyon

Re: Les pires bouses du cinéma

Messagepar Yoan » Mer 19 Déc 2012 22:33

En fait, pas besoin de l'avoir vu pour savoir ce qui se passe dedans. Ce film est un condensé paresseux de lieux communs.
Image
Avatar de l’utilisateur
Yoan
Administrateur du site
 
Messages: 2289
Inscription: Ven 3 Déc 2010 21:58

Re: Les pires bouses du cinéma

Messagepar Finquel » Jeu 20 Déc 2012 09:58

C'est vrai que ce film avait eu une presse formidable pour sa sortie. Des teasers de dingue et tout. Et puis, je l'ai moi aussi vu à l'hotel, un soir où il passait. Au bout d'une demie heure, j'ai sorti mon boulot. La dessus, je te suis à 100% mon Yoan: "Madame, je n'écrirai rien sur ce film c'est une merde !"
Batmaaaaaan tin-nin--nin--nin--nin--nin--nin--nin Batmaaaaaan
Avatar de l’utilisateur
Finquel
 
Messages: 335
Inscription: Sam 4 Déc 2010 13:58

Re: Les pires bouses du cinéma

Messagepar silverson » Jeu 20 Déc 2012 14:33

Ahah je l'ai vu au ciné :oops: Mouarf, ouai si tu débranches ton cerveau, tu peux éventuellement apprécier. J'ai bien aimé le coup de l'arche quand même que j'avais pas trop vu venir...
03/06/03 @ La Mutualité, Paris
10/08/07 @ Brixton Academy, Londres
18/08/07 @ Pukkelpop fest', Kiewit
Avatar de l’utilisateur
silverson
 
Messages: 422
Inscription: Sam 4 Déc 2010 14:58
Localisation: Lille

Re: Les pires bouses du cinéma

Messagepar Yoan » Jeu 18 Juil 2013 17:39

Allez, j'ai envie d'y aller d'un peu de provoc' pour égayer la vie de ce forum à l'agonie.
J'ai retrouvé une vieille review que j'avais écrite à la sortie de "(N)avatar", du désormais sénile James Camelote.

Pour être clair, je suis déçu. Pire, j'ai parfois été passablement agacé.
Commençons par ce qui semble avoir mis tout le monde d'accord : c'est beau. Et donc en effet, ça l'est. Mais il n'aurait plus manqué que ça ne le soit pas, avec pas moins de 500 millions de dollars de budget allongés sur la table. Il est des échecs interdits, celui-ci en était un.
La star du film s'appelle indéniablement Pandora, cette planète dite "hostile" et ses végétations luxuriantes arrachent sans peine quelques regards émerveillés. Elles plus quelques créatures sauvages imposantes, qui bénéficient d'un design par ailleurs autrement moins critiquable que celui des Na'vi, font de "Avatar" une indéniable réussite esthétique. J'aurai simplement l'outrecuidance de signaler que si les décors numériques sont d'une beauté indiscutable, l'intérêt d'aller flanquer des reliefs à tout bout de champ sur des éléments isolés de l'image m'apparaît beaucoup moins justifié. Un exemple parmi mille : lorsqu'un mec vous tend un couteau d'un air menaçant, et que ce dernier semble sortir de l'écran, je me pose deux questions : Quel intérêt peut-il y avoir à dissocier arbitrairement une arme de tout le reste, sachant que ça n'a rien de réaliste, et qu'au contraire cela tend à ne pas intégrer tous les éléments de l'image entre eux ? Et le public serait-il bêtement impressionnable au point de lâcher des "Wahou" pour des effets visuels dont j'avais déjà eu la démonstration chez mon ophtalmo' quand j'avais 8 ans ?
Alors, au contraire de tant d'autres, je ne suis pas persuadé que les lunettes 3D soient indispensables. Pour ce qui me concerne, cela reste un gadget, dont l'utilisation répétée aboutit même à quelques aberrations et illogismes.
A ce titre, qualifier Avatar de "révolution technique", c'est un abus de langage. Une révolution ouvre la porte à de nouvelles possibilités, elle implique des modifications de fond parce qu'elle marque le début d'une nouvelle ère. Tout au plus, Avatar est le point d'achèvement de ce qu'avait déjà amorcé Roger Rabbit en son temps.

Maintenant, parlons de ce qui fâche : le fond du film.
Et bien c'est une leçon de morale simplette et insistante, fondée sur un manichéisme d'autant plus sidérant qu'il est rabâché avec une solennité confondante. Grosso-modo, les méchants humains cupides pètent tout, au détriment de Mère-nature et des tribus qui communient avec elle. Le parallèle avec les viles sociétés occidentales, qui pillent les populations pauvres qui ne sont pas rongées par le consumérisme, est flagrant comme le nez au milieu de la figure. Mais va pour la simplicité du message, ça ne m'aurait pas gêné si à chaque instant, Avatar n'arborait pas la prétention tangible d'être porteur de sens, voire même d'être subversif. Il n'est rien de tout ça. Il est démagogique au dernier degré, niaisement écolo' et use de raccourcis bien-pensant avec une fierté exaspérante. Au passage, Cameron développe correctement deux personnages, en 2h40. Bien joué mec.
Alors je sais pas, je lis ça et là que ce film est un chef-d'œuvre. Bon... Une telle unanimité aurait presque pour effet de me faire dire qu'on a passé une part du budget à acheter les critiques. Parce que pour que je puisse concevoir un tel engouement, il aurait fallu que le film développe ses idées avec le double d'audace et de tendresse. Nul besoin d'ailleurs de complexifier le propos, bien au contraire, ne pas se perdre dans des considérations militantes grossières aurait à mon sens été largement plus judicieux que de taper du poing sur la table en scandant des slogans creux. Ou alors il aurait donc fallu, quitte à opter pour ce ton engagé, que Cameron ait autre chose à déballer que d'absolues banalités, même pas forcément exactes par dessus le marché.
Wall-E, sans prétention et avec cette naïveté qui lui sied si bien, est un bien meilleur conte écolo' que ne le sera jamais Avatar. C'est aussi une bien plus belle histoire d'Amour. Parce que certaines choses se racontent mieux avec du cœur, de la sincérité, et au prix d'un effort en termes d'écriture, qu'avec des sacs de thunes pour torcher de jolis paysages.
Un mini-poil de subtilité dans le traitement du message, c'est à peu près tout ce que je demandais, mais c'était déjà visiblement trop. L'inventivité pure est elle aussi absente, puisque tout semble avoir été pioché à droite à gauche, jusqu'à cet arbre source de vie, que j'ai eu l'impression d'avoir notamment déjà vu dans une petite dizaine de jeux vidéo.
Alors Avatar c'est quoi ? C'est un divertissement honnête, que de splendides images sauvent de l'insignifiance. Or, sans être ni un passionné, ni un spécialiste, j'aime encore trop le cinéma pour faire d'un film qui accuse de telles tares un Chef-d'œuvre.


Bon, et avec le recul, je me trouve trop gentil. =D
Le film n'est pas une réussite esthétique, il est abouti techniquement, ce qui n'a rien à voir. Les Na'vi sont dégueulasses en termes de charadesign et le film déborde constamment de teintes fluorescentes aussi subtiles qu'un troll de Jean-François Copé au détour d'un débat politique.
Après, que ça impressionne malgré tout, quand on culmine à de tels pics budgétaires, ça n'est rien d'autre qu'un dû.
Et c'est d'ailleurs pour ça que je mets sans vergogne cette chronique sur ce topic. Quand on affiche de telles prétentions et qu'on bénéficie de tels moyens, il n'y a pas d'entre deux : soit c'est au minimum un très grand film, un virage indéniable, soit c'est une daube.
Avatar est une daube, je vous remercie. :D
Image
Avatar de l’utilisateur
Yoan
Administrateur du site
 
Messages: 2289
Inscription: Ven 3 Déc 2010 21:58

Re: Les pires bouses du cinéma

Messagepar Moe » Jeu 18 Juil 2013 23:34

Je vais pas enchaîner sur avatar parce que je l'ai pas vu, que j'avais aucune envie de le voir, et que cette review m'a achevé. J'ai pas deux heures à perdre pour ça (pourtant j'en ai, du temps à perdre).

Simplement, pour donner mon avis sur la 3D, je suis allé voir y'a pas trop longtemps Gatsby le Magnifique. En 3D, pas le choix, sinon c'est à 14h30 en semaine, c'est à dire quand les gens bossent quoi. Déjà le film ne m'a pas plus emballé que ça, pas mauvais, pas génial, concrètement ça m'est passé à 9000 kilomètres au-dessus de la tête. Mais la 3D, ça ça m'a pété les noyaux, pour rester poli. Je m'étais fait à peu près la même réflexion que toi. Ouais y'a du relief mais bon... J'ai vu la même chose à Disneyland quand j'étais tout gamin (d'ailleurs il me manquait 10 centimètres pour monter dans le Space Mountain, quel journée de merde), et là j'avais de la caillasse qui me fonçait dessus, pas la chevelure gominée de Léonardo collée à la gueule (j'aime bien DiCaprio quand même, quelle classe).

Du coup je ne vais plus au cinéma, finalement. Genre, du tout. C'était déjà cher, ça l'est encore plus, et effectivement, c'est anti-immersif au possible. Comme je suis pas un gros cinéphile en plus, hein. L'autre fois pendant dix minutes, je me suis dit que j'irais quand même bien voir Monstres Academy. Ouais bah non. Le premier est pas loin d'être mon film préféré (un peu en secret, comme quand je dis que Blink-182 est pas loin d'être mon groupe préféré, ou que j'aime bien Stephan Eicher), mais non, sérieux. Non. Arrêtez.
Spencer stands on a beach, contemplating the meaning of life... Often he wonders what's on the other side of the ocean... Then Spencer realizes he is a dog and shits on the sand.
Avatar de l’utilisateur
Moe
 
Messages: 499
Inscription: Sam 4 Déc 2010 19:35
Localisation: Snoop Lyon

Re: Les pires bouses du cinéma

Messagepar Yoan » Ven 19 Juil 2013 10:22

Moi là, je viens de péter un câble.
Je ne sais pas si je suis un grand cinéphile, parce que j'ai pas la prétention d'avoir la même exigence, les mêmes compétences d'analyse, ni même la même passion que celle que je ressens pour la musique. En tout cas, je suis pas loin d'être un grand cinévore : je bouffe des films en salles toute l'année.
Et comme vous le savez peut-être s'il vous arrive vaguement de me lire en ces lieux, j'aime bien certains trucs : l'animation, Evangelion, le Labyrinthe de Pan ou Guillermo Del Toro. Et figurez-vous - transition subtile - que Del Toro vient de sortir "Pacific Rim", un blockbuster multi-distribué dont la principale influence est justement "Evangelion".
Du coup, vous imaginez bien ma folle joie : je ne me suis plus déplacé qu'en pas-chassés pendant des semaines en sifflotant la "Schtroumpf Lala".
Cela étant, comme "Pacific Rim" est de son temps, il est évidemment bourré de CGI, camouflés derrière des environnements nocturnes. La sombritude, ça a toujours servi à maquiller les SFX, de "Aliens" à nos jours, mais je n'avais pas envie d'empirer le cas de "Pacific Rim" avec leurs lunettes-de-soleil-à-la-con 3D. Du noir sur du noir, merci bien.
Du coup, fort d'être possesseur d'une carte Gaumont/Pathé illimitée, me donnant accès "gratuit" à une petite quarantaine de cinémas en région parisienne, je m'étais dit que j'allais (facilement) opter pour une diffusion en "simple" VO numérique. Et bah, en première semaine d'exploitation du film là, j'ai trouvé une séance. Une seule putain de séance par jour, dans un ciné' du 19ème, à 21h45. Autrement dit, le film débute au mieux à 22h, et comme il en fait 2h15, tu cours en sortant pour choper le dernier métro.
Sinon, c'est de la VO 3D, ou de la VF... Mais c'est quoi leur problème putain ?


Une vision du progrès
Image
"Ca ne marchera jamais cette merde Jean-Claude".

50 ans plus tard, James Camelote pille sans vergogne Pocahontas, Braveheart, et une douzaine d'autres films dans un blockbuster sans imagination, appuyé par un budget com' de 150 millions de $ :

Image

Merci "(N)avatar"



Du coup, lassé par les indignations de fond (la politique, la faim dans le monde, la crise financière... Tout ça, c'est surfait et ça n'intéresse personne), je me suis mis en tête que je refuserai désormais de ressembler à un débile venu voir deux ou trois reliefs frétiller, pour sortir de la salle avec une migraine. Ni une ni deux, j'ai donc envoyé mon courrier de résiliation à Gaumont/Pathé, et suis passé à la concurrence. Car apparemment, j'avais mal choisi mon camp dans l'optique de foutre ces merdasses aux ordures.
Défi : ne plus aller voir un seul film en 3D à Paris de l'année. Je me réserve des dérogations pour mes excursions en province.

Je vous remercie de votre attention. Je me sens mieux.
Image
Avatar de l’utilisateur
Yoan
Administrateur du site
 
Messages: 2289
Inscription: Ven 3 Déc 2010 21:58

Re: Les pires bouses du cinéma

Messagepar Finquel » Jeu 25 Juil 2013 18:23

Ouf, j'ai cru que t'allais plier "Pacific Rim"!
Batmaaaaaan tin-nin--nin--nin--nin--nin--nin--nin Batmaaaaaan
Avatar de l’utilisateur
Finquel
 
Messages: 335
Inscription: Sam 4 Déc 2010 13:58

Re: Les pires bouses du cinéma

Messagepar Yoan » Jeu 25 Juil 2013 19:29

Je le vois demain dans ce qui est - paraît-il - une des meilleures salles parisiennes. Et en 2D. :love:
Image
Avatar de l’utilisateur
Yoan
Administrateur du site
 
Messages: 2289
Inscription: Ven 3 Déc 2010 21:58

Précédente

Retourner vers Culture

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

cron