Forum Francophone Silverchair

Forum de discussion dédié au groupe Silverchair

L'actualité nationale et internationale

Pour converser de tout et n'importe quoi, sérieusement ou non.

Re: L'actualité nationale et internationale

Messagepar caro » Mar 6 Nov 2012 17:46

C'est exactement pour ces raisons que je dis que le boulot que je fais est toujours à double tranchant. Moi aussi je me fais mon beurre là dessus ! Le travail social (que je ne mets pas dans le même panier que ces associations, ni dans le panier de la charité) est né d'un désir du patronat de contrôler les pauvres, éviter les révoltes. On est dans une gestion privée de fonds publics, on est sans arrêt dans ce paradoxe de "gagner de l'argent sur le dos des plus fragiles". Bah oui. Mais quand on aura trouvé autre chose, qu'on me fasse signe hein, parce que quand je vois comment le social se met à fonctionner comme des entreprises lambda (appels d'offres, management au résultat, contrôle, évaluation, démarche qualité) et des collègues qui se voient déjà faire ce travail en libéral, j'me dis qu'on est franchement pas les pires dans ces assos. Et puis les restos ou le secours pop ou autres, c'est pas que les enfoirés (qui eux le sont réellement), ce sont des salariés en insertion, des travailleurs sociaux, des bénévoles, de l'accompagnement et pas que du service de soupe, et surtout surtout du lien social. Et ça, ça marche(rait encore plus s'il y avait plus de moyens et une autre façon de voir les gens)
"Former les hommes, ce n’est pas remplir un vase, c’est allumer un feu." Aristophane.
Avatar de l’utilisateur
caro
 
Messages: 302
Inscription: Sam 4 Déc 2010 13:48

Re: L'actualité nationale et internationale

Messagepar Yoan » Mar 6 Nov 2012 22:16

Je m'étais fait la même réflexion en écrivant mon post, mais cas des Enfoirés en mal de publicité mis à part, les paradoxes en question sont effectivement épineux.
Je n'ai pas vraiment de solution claire, ni mieux à proposer que ce que tu décris, je sais juste que j'aime bien les associations à portée politique, et idéalement, je trouve qu'il y aurait un pont à faire entre ATTAC par exemple et certains organismes caritatifs.
Image
Avatar de l’utilisateur
Yoan
Administrateur du site
 
Messages: 2289
Inscription: Ven 3 Déc 2010 21:58

Re: L'actualité nationale et internationale

Messagepar caro » Mar 6 Nov 2012 23:06

Mais le travailleur social s'inscrit forcément dans le politique, son action a forcément une portée politique et il est formé à ça, même si on tend de plus en plus à en faire un mouton qui applique les politiques décidées en haut lieu...ce ne sont pas des bénis oui oui invertébrés.
Après, je pense qu'on ne peut pas confondre sur le terrain le militantisme et le professionnel..C'est impossible de nos jours sauf si les associations ne dépendaient plus de fonds publics. Sauf que si tel était le cas, ça me poserait aussi un problème éthique car où serait alors la solidarité nationale ? Et ça serait la porte ouverte aux dérives déjà bien en place mais qui là se développeraient de manière exponentielle (mise en concurrence des associations entre elles (c'est déjà le cas, ou alors les associations s'absorbent entre elles pour créer des grosses associations, et ça c'est une volonté politique. ) et des professionnels entre eux (on y vient)).
Après, un éducateur (exemple tiré au hasard :D ) peut avoir un engagement et le faire passer de manière individuelle aux gens qu'il accompagne car il accompagne vers la citoyenneté et le politique au sens large..de là à militer, c'est impossible. Clairement. On dépend des conseils généraux, des mairies, de la DDCS, etc.. à qui on rend des comptes plusieurs fois par an, qui nous évaluent (sans rien comprendre à ce qu'on fait mais bon) afin de reconduire ou non le financement l'année d'après. Mon cas est encore un peu spécial puisque j'ai beau être en CDI, tous les ans il se peut que le conventionnement de l'association ne soit pas reconduit. J'imagine un seul instant mon asso alliée à ATTAC : six pieds sous terre, bye bye le social et bonjour le bénévolat avec des gens non formés prêt à dire oui à tous les politiques qui leur diront quoi faire.

Le plus gros soucis qu'on ait aujourd'hui dans le secteur, c'est que nous ne sommes jamais consultés alors que nous sommes autant en première ligne que les flics. On a un potentiel de contre pouvoir auprès des populations dont les politiques locaux sont conscients mais reste que quand il y a un problème dans les quartiers, sur un plan national, on consulte qui ? des flics ou des expert en sécurité qui entravent rien aux problématiques de ces quartiers, des jeunes et des familles.

L'histoire du travail social a un pied dans la charité et l'autre dans le contrôle des populations mais il s'est professionnalisé et a vu naître des travailleurs sociaux experts en ces questions de terrain, concrètes, complexes. Mais la complexité, on veut pas y croire. Tout de suite on nous renvoie la fameuse "excuse sociale" ou l'assistanat.

Je peux développer ou préciser si c'est pas clair parce que là si je pars en free lance, j'suis pas couchée. :D

Mais en gros, ça résume :

Il s’appelle Xavier Bouchereau, il a été éducateur spécialisé pendant 10 ans et dirige aujourd’hui un service de protection de l’enfance. Il vient de publier, Les non-dit du travail social, (Eres, 2012). Ce matin, j’ai ouvert son livre placé sur ma pile de bouquins « à lire » (je prépare un numéro sur « Enfer et bonheur au travail ».
Dès le préambule, j’ai reçu un coup de poing.
« Pendant dix ans, j’ai exercé le métier d’éducateur spécialisé dans un service de protection de l’enfance. Comme chacune de mes collègues, j’assumais en continu trente mesures d’assistance éducative en milieu ouvert ordonnées par le juge des enfants. (…)
Durant ces années, j’ai essayé d’aider les parents et leurs enfants. Je suis allé dans les familles, au tribunal, au commissariat, dans les écoles, à l’hôpital, dans les foyers, dans les bars, dans des lieux improbables. J’ai pris des risques dans la rue, je me suis réfugié dans mon bureau. J’ai monté des escaliers, je les ai descendus. J’ai connu des portes, des milliers de portes, des portes ouvertes, des portes fermées, des portes de maison, des portes de HLM, des portes de caravane, des portes de prison… J’ai vu pleurer des mères, j’ai vu des pères en colère, des colères froides, d’autres incendiaires, des colères salutaires… J’ai pris des coups, j’ai porté plainte, j’ai placé des enfants, j’ai soutenu leur retour. J’ai contrôlé, j’ai fermé les yeux, j’ai humilié des parents, je me suis battu pour qu’ils ne le soient plus. J’ai écrit des rapports, j’en ai bâclés, j’en ai réussis, je les ai lus aux parents, j’en ai parlé au juge, j’ai écouté, je me suis tu, j’ai fait taire. J’ai rencontré des catholiques, des juifs des musulmans, des témoins de Jéhovah, des agnostiques, j’en ai rencontré qui s’en foutaient. J’ai suivi des riches, des très riches, j’ai suivi des pauvres, surtout des pauvres. On m’a dit merci, on m’en a voulu on m’a offert des chocolats, on m’a reçu le couteau à la main. J’ai été heureux, triste, honteux, révolté, courageux, lâche, fier , désabusé, j’ai quitté les rangs, j’y suis retourné. J’ai résisté, j’ai cédé, je me suis agenouillé, je me suis redressé. J’ai espéré. Bref, toutes ces années j’ai été humain…à ne plus savoir que faire ».
Le reste du livre aborde les contradictions du métier d’éducateur: la dimension militante d’un engagement professionnel, les doutes et les tensions du métier, les lourdeurs et illusions des évaluation, etc. Chaque chapitre est entrecoupé d’extraits de son journal de bord. Ces passages font mouche à chaque fois.

http://www.dortier.fr/travailleur-socia ... ion-a-vif/
"Former les hommes, ce n’est pas remplir un vase, c’est allumer un feu." Aristophane.
Avatar de l’utilisateur
caro
 
Messages: 302
Inscription: Sam 4 Déc 2010 13:48

Re: L'actualité nationale et internationale

Messagepar Yoan » Mer 7 Nov 2012 00:24

caro a écrit:Mais le travailleur social s'inscrit forcément dans le politique, son action a forcément une portée politique et il est formé à ça


Le travailleur social oui, car il est porteur de ce qu'il est et tu l'expliques très bien. Mais en soi, les Restos du Cœur, c'est apolitique, et ça se veut surtout dispenser des "soins palliatifs", pour reprendre l'expression de Silver*Dream.
En fait j'étais tout simplement en train de dire que j'étais plus à l'aise avec les fondements théoriques d'une ONG, en cela qu'elle associe à ses actions une ligne idéologique en forme de contre pouvoir. Je crois que ça m'attire d'autant plus que les partis politiques ne jouent plus ce rôle, pour des raisons que je ne développerai pas ici.
Mais comme on ne parle pas de la même chose, t'as bien fait de recadrer.
Image
Avatar de l’utilisateur
Yoan
Administrateur du site
 
Messages: 2289
Inscription: Ven 3 Déc 2010 21:58

Re: L'actualité nationale et internationale

Messagepar caro » Mer 7 Nov 2012 10:23

Oui mais tout le travail social est constitué d'assos apolitiques, ce qui permet d'ailleurs paradoxalement d'avoir une portée politique et sont dans le palliatif puisque clairement les solutions n'existent pas (manque d'hebergement,chomage...). On colmate. Pourquoi pointer les restos? Les enfoirés oui, mais les restos?

Et tu fais bien de préciser "fondements théoriques" concernant les ong, parce que dans la pratique...
"Former les hommes, ce n’est pas remplir un vase, c’est allumer un feu." Aristophane.
Avatar de l’utilisateur
caro
 
Messages: 302
Inscription: Sam 4 Déc 2010 13:48

Re: L'actualité nationale et internationale

Messagepar Yoan » Mer 7 Nov 2012 11:44

Bah j'ai l'impression qu'on en revient au paradoxe évoqué sur la page précédente. Je me trompe peut-être - d'autant que je ne retrouve pas la citation - mais quand Coluche disait "Si on est encore là dans 20 ans, on aura perdu", j'ai l'impression qu'il parlait bien des Restos, pas des Enfoirés. En gros, le message c'était bien de dire "Ok, nous on va vous donner à manger parce que vous crevez de faim dehors, mais c'est en attendant que le pouvoir politique fasse son boulot".
Et le noeud du débat, c'est qu'une telle association semble tiraillée entre :
- D'une part son importance grandissante à mesure qu'il y a de plus en plus à "colmater". Ou alors, sans spéculer, au moins autant qu'il y a 20 ou 30 ans.
- D'autre part cette impression que son action s'est substituée à une véritable initiative politique, et, de fait, que les Restos sont devenus un "pilier équilibrant".

Je connais quelques personnes qui m'ont déjà dit "Si tu arrêtes toutes ces associations, ça les obligerait à se bouger le cul". Honnêtement, je n'y crois pas du tout, mais en revanche, je me dis effectivement qu'elles jouent un rôle en tant que garant de l'intégrité d'un système qu'elles dénoncent. Et là je ne vise pas le travailleur social, ni ne doute de son implication militante, politique etc. Je pointe une perversion systémique : en s'attachant à pallier aux manques politiques de ceux qui sont responsables de cette situation, tu les soulages eux aussi. Peut-être plus d'ailleurs que tu ne les incites à revoir leur copie. Je dis bien "peut-être", je suis depuis le début dans l'hypothèse sur ce point.
Après, encore une fois, je ne pense pas pour autant qu'il faille imaginer que ça irait mieux sans les Restos et toutes les associations "palliatives" de même nature - au contraire, probablement - mais ça explique certainement pourquoi je pense qu'il faut développer autour de ça une "vraie" ligne idéologique. Et par exemple, j'aime quand Amnesty International va s'en prendre à l'OMC ou au FMI tout en déployant sa campagne de communication grand public sur les germes de la Faim dans le monde.
Bref, moi là je navigue à moitié à l'aveugle tout en m'égarant beaucoup dans divers aspects du sujet, mais en gros, j'essaie de distinguer ce qui relève de "colmatages" à court terme, des solutions à long terme. J'ai conscience qu'il n'y a fondamentalement pas juste l'un ou l'autre, je sais que certaines ONG fonctionnent à peu près comme les partis que je méprise, mais je n'arrive pas à me départir de l'idée que moins on s'implique en tant que contre-pouvoir politique, moins on agit sur les causes.
Image
Avatar de l’utilisateur
Yoan
Administrateur du site
 
Messages: 2289
Inscription: Ven 3 Déc 2010 21:58

Re: L'actualité nationale et internationale

Messagepar caro » Mer 7 Nov 2012 20:36

Le problème c'est que les exclus, y en aura toujours. On manque de structures pour beaucoup de personnes, qu'on appelle selon la mode actuelles des "incasables": des personnes concernées par la psychiatrie, des collégiens exclus à 15 ans et demi et qui vont galérer jusqu'à 25 ans minimum, des jeunes trop hors cadre pour nos institutions. On aura beau créer ds structures, on découvrira toujours ou plutôt on fabriquera toujours de l'exclusion. Il y aura toujours des gens hors cadre et j'allais dire, heureusement. Mais qu'en fait-on ?

en s'attachant à pallier aux manques politiques de ceux qui sont responsables de cette situation, tu les soulages eux aussi.


Ils se soulagent eux mêmes. On est face à un Etat qui d'une main exclue et de l'autre subventionne pour lutter contre l'exclusion. (ex de la politique de la ville)

Je comprends ce que tu dis, mais c'est pas si simple, ni tranché. Toutes les associations caritatives ou à vocation humanitaire et/ou humanistes
fonctionnent grâce à des deniers publics. Même s'il y a eu déconcentration et décentralisation de l'Etat, elles fonctionnent avec de l'argent public, que ce soit en matière de protection de l'enfance ou d'insertion. On est encore dans un pays où quoi qu'on en dise l'Etat finance et délègue à des associations.
Si ce n'était pas le cas, et on voit notamment ce que ça donne au niveau de toutes ces associations d'aide à la personne qui pullulent, ce serait un nivellement par le bas de l'action sociale par une déprofessionnalisation du secteur et une recherche de rentabilité. On y vient hein. On y est presque à ce système de clientélisme. On devient "usager", voire "client" de l'action sociale. Voilà ce que ça donnerait si on allait au bout de "si tu arrêtes ces associations, ça les obligerait à se bouger". C'est tout le contraire, on arriverait au terme de l'engagement de l'Etat vis à vis de ses populations fragilisées et à la marchandisation affirmée du secteur social. C'est pour ça que je suis toujours outrée quand j'entends des collègues qui veulent "monter leur boîte".

En outre, les associations font bel et bien remonter les problématiques rencontrées par les acteurs de terrain mais ne sont pas forcément écoutées car vont à l'encontre des représentations qu'ont certains politiques des causes d'exclusions ou de marginalisation. On est aujourd'hui plus enclins à croire que chacun est responsable de la merde dans laquelle il est alors quand on dénonce un système et un fonctionnement ça va pas dans le sens qu'ils souhaitent. Pourtant il y a foule de lectures à faire sur le sujet, de recherches, colloques, séminaires, formations...

Et puis les ONG n'accompagnent pas les gens, elles ne sont pas sur ce terrain là. Ce sont deux choses différentes et qui doivent exister côte à côte car elles s'alimentent. Il me semble que la fusion des deux est impossible et pas souhaitable. Chacun son rôle. Les gens que tu aides au quotidien, rien ne t'empêche de les orienter vers d'autre organismes, rien n'empêche de faire remonter à ces organisations des constats de terrain. Mais on ne peut pas être au four et au moulin. Il faut forcément choisir à quelle échelle on veut travailler et ce qu'on va faire de manière professionnelle face à ce qu'on va faire de sa vie privée. Et je pense fortement que de toute façon on s'implique comme contre pouvoir politique de toute façon et que au quotidien, miette par miette, pierre par pierre, on agit sur les causes. A côté de ça, on a besoin de ces ONG (certaines) que tu cites et pour les raisons que tu cites. C'est en travaillant des deux côtés que ça fonctionne: au quotidien, dans la proximité avec les gens, à un niveau local, et à un niveau national et international de l'autre. L'un n'exclue pas l'autre, l'un ne doit pas exclure l'autre. Mais chacun son boulot. Il y a pas un bien et un moins bien, on a besoin des deux.
"Former les hommes, ce n’est pas remplir un vase, c’est allumer un feu." Aristophane.
Avatar de l’utilisateur
caro
 
Messages: 302
Inscription: Sam 4 Déc 2010 13:48

Re: L'actualité nationale et internationale

Messagepar Yoan » Ven 9 Nov 2012 16:22

caro a écrit:Le problème c'est que les exclus, y en aura toujours.


C'est bien pour ça que je ne souhaite pas la "disparition" des associations dont on parle. C'est évidemment inimaginable, d'autant que tu as raison concernant l'expertise de terrain, son utilité dans la compréhension d'un phénomène etc.
La seule chose qui m'interroge vraiment, c'est le caractère de plus en plus structurel et systémique de l'exclusion. Je veux dire, les Restos - pour rester sur cet exemple - c'est idéalement censé tendre la main à des gens victimes d'une exclusion résiduelle et fondamentalement irréductible (bon, on parle bien là d'un "idéal" hein), alors qu'elle me semble en réalité fabriquée à grande échelle, et en des proportions grandissantes, par une machine qui nie et "planque sous le tapis" les dégâts qu'elle cause. C'est finalement exactement ce que tu décris quand tu parles d'un Etat qui broie d'une main pour coller des sparadraps de l'autre.
Après, très basiquement, quand tu fais simplement le constat que tu distribues sans cesse plus de repas chaque année, tu es un peu obligé de te poser la question : pourquoi notre action ne contribue pas à faire reculer l'exclusion ? Pourquoi, malgré tout ce boulot, ça ne fait qu'empirer ? Qu'est-ce qui manque ? Et moi, j'ai l'impression que ce qui manque au premier chef, ce sont des solutions "macro-économiques", des outils de pression politique valides etc. Parce qu'il s'il faut faire peser sur le travailleur social la responsabilité de porter à la conscience commune - et par suite, au pouvoir politique - (ou inversement) les causes systémiques de l'exclusion, je comprends que certains puissent se sentir impuissants.
J'ai bien conscience que je reste dans un discours effectivement assez tranché et peu technique (j'ai pas les billes pour, en même temps), mais je n'arrive pas à m'enlever de la tête que quand déjà en haut, tout déconne jusqu'à générer en des masses sans cesse plus importantes ce que tu t'évertues à combattre, tu en es rendu à limiter les dégâts.
Image
Avatar de l’utilisateur
Yoan
Administrateur du site
 
Messages: 2289
Inscription: Ven 3 Déc 2010 21:58

Re: L'actualité nationale et internationale

Messagepar caro » Mar 13 Nov 2012 19:40

Ce qu'il me semble important de rajouter au vu de ma petite toute petite expérience sur la question de savoir ce que ça provoquerait de supprimer les associations pour que l'Etat se bouge, c'est que ça ne fonctionnerait pas aussi parce que ça ne correspond pas au mode de fonctionnement des gens plus ou moins exclus du système dans son entier. Le modèle associatif assure bien une mission de service public via notamment des fonds publics et une commande sociale liées aux politiques locales et nationales mais il permet une souplesse qui n'existerait pas si les gens n'avaient à faire qu'à l'administration publique, tout simplement parce que c'est ce genre d'institutions qu'ils fuient et/ou dont ils sont exclus et vers qui on essaye de les "ramener". Le modèle associatif est beaucoup plus souple et je le vois au quotidien car je peux comparer le service dans lequel je suis à des services gérés directement par des mairies et à 100% : bureaucratie, technocratie, contrôle beaucoup plus intrusif, moins de souplesse dans la construction de projets, etc. Ici, le cadre associatif nous protège en quelque sorte et donc protèges les gens. Le respect de la confidentialité, la libre adhésion, etc. des valeurs et des principes plus faciles à défendre face à un pouvoir politique lorsqu'on est dans une association qui compte plus de 900 salariés.

Après, je suis loin de défendre aveuglément le fonctionnement associatif comme celui ci qui s'apparente de plus en plus à une usine à gaz et dont les valeurs de démocratie laissent parfois à désirer, surtout que comme je disais on tend de plus en plus vers une marchandisation du secteur et un calque du fonctionnement des entreprises marchandes.

Mais au delà de l'accompagnement des personnes, le rôle plus large est bel et bien défini par les statuts de l'association, qui a un rôle de consultation, de réflexion, etc. un truc un peu plus "macro" que ce que font les travailleurs sociaux qui sont eux en première ligne face aux gens. Après, ce rôle plus politique est avant tout celui de mes chefs. Moi encore une fois, je suis engagée mais dans mon quotidien, ce n'est pas tout à fait mon affaire...enfin si, mais pas celle de ceux que j'aide.

Je laisse quelques trucs tirés du site de l'asso dans laquelle je bosse pour que vous voyiez un peu mieux de quoi je cause.. tant en ce qui concerne ce que je viens de dire que les paradoxes énoncés plus tôt dans la discussion...C'estmoi qui mets en gras certains passages..

L’... réunit des composantes différentes travaillant ensemble pour être une force collective de réflexion, de proposition et d’actions au service de son objet social. L’Association s’est donné comme mission de développer toutes les actions en direction des personnes en situation de handicap ou en difficulté d’insertion sociale, au titre de la prévention, du dépistage, de la protection, du traitement, de l’éducation et de la réinsertion.

L’... est engagée dans le secteur social, médico-social et sanitaire où elle remplit des missions de service public ; ceci implique à la fois que l'Association se situe dans un cadre réglementaire précis et qu’elle réponde aux missions qui lui sont confiées et uniquement à celles-ci, alors qu’elle est sans cesse confrontée à la réalité des besoins qu’elle rencontre sur le terrain.

Le statut d’association implique que l’... définisse elle-même les orientations qu’elle souhaite promouvoir et qu’elle soit attentive à adapter, à conforter les projets des établissements et services et à veiller à leur évolution. Garante de l’évolution des actions qu’elle met en oeuvre, elle prend toute sa place dans la mutation nécessaire du secteur, pour rester à l’écoute des besoins des populations les plus en difficulté.

Les missions de l... dépassent la seule dimension de gestionnaire de service, l’Association se situe comme un interlocuteur des pouvoirs publics et un partenaire de l’action sociale sur les territoires. Elle est force de proposition auprès des administrations locales et travaille en réseau avec les partenaires sociaux.

Sur les valeurs...

La dignité des personnes : celle-ci exige que chacun ait accès aux droits de tous.
Un engagement civique : l’action sociale, médico-sociale est d’abord le fait d’hommes et de femmes engagés dans la construction solidaire.
La laïcité dans une société multiculturelle : la laïcité dans son sens fondamental, dans l’accueil et le respect de l’autre.
L’instauration d’un débat démocratique : notre démarche associative vise à organiser des réponses collectives et concertées avec tous les acteurs concernés.
Une économie de solidarité : l’importance et la diversité des échanges humains, techniques et financiers qui sont au cœur de la coopération associative constituent une richesse qui valorise notre société.
L’... décline ses valeurs en appliquant les principes suivants :

L’intervention est avant tout au service de la personne accueillie.
Le respect des personnes dans leurs différences.
La qualité de l’accueil qui va permettre l’instauration d’une relation de confiance.
L’individualisation des parcours des personnes prises en charge.
Le développement d’une citoyenneté active, en encourageant la participation des personnes accueillies, ou de leurs représentants, par un débat au sein de l’Association.
Le développement des actions de prévention.
"Former les hommes, ce n’est pas remplir un vase, c’est allumer un feu." Aristophane.
Avatar de l’utilisateur
caro
 
Messages: 302
Inscription: Sam 4 Déc 2010 13:48

Re: L'actualité nationale et internationale

Messagepar Yoan » Mar 18 Déc 2012 18:53

Non pas que ça me fasse tant rire, mais bon...

Image
Image
Avatar de l’utilisateur
Yoan
Administrateur du site
 
Messages: 2289
Inscription: Ven 3 Déc 2010 21:58

Re: L'actualité nationale et internationale

Messagepar Yoan » Mer 9 Jan 2013 18:32

RIP :(



Mon haut lieu de junk-shopping à Paris, dernier lieu encore "grand public" dans lequel on pouvait trouver des vinyles de Silverchair, ou des albums de Heatmiser...

Alors je vais pas vous dire que c'est des anges, chez Virgin, mais ce dépôt de bilan n'augure rien de bon pour les espaces physiques de vente, dans le secteur des biens culturels. Et je crois que ça commence à m'emmerder un peu, d'entendre des gens pourtant souvent prompts à dénoncer les méchants ultralibéraux et autres spéculateurs financiers, se transformer en fanboys d'Amazon. Parce que dans le genre cyniques et sans scrupule, on fait difficilement pire qu'eux.
Image
Avatar de l’utilisateur
Yoan
Administrateur du site
 
Messages: 2289
Inscription: Ven 3 Déc 2010 21:58

Re: L'actualité nationale et internationale

Messagepar Yoan » Lun 21 Jan 2013 01:25



Fonctionne quasiment tous les ans, à la même époque.
Image
Avatar de l’utilisateur
Yoan
Administrateur du site
 
Messages: 2289
Inscription: Ven 3 Déc 2010 21:58

Précédente

Retourner vers Divers

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité