Forum Francophone Silverchair

Forum de discussion dédié au groupe Silverchair

Les élections pestilentielles 2012

Pour converser de tout et n'importe quoi, sérieusement ou non.

Les élections pestilentielles 2012

Messagepar Yoan » Mar 3 Jan 2012 11:53

Je lance ce qui sera probablement le dernier sujet vivant (ou pas) de ce forum, au sein duquel les quelques forumeurs encore actifs seront à peu près d'accord, mais s'entredéchireront à belles dents quand même, pour quitter les lieux dans une marre de sang.
Une belle fin, en somme.

Perso', je ne développe pas tout de suite, mais j'annonce déjà que je vais préférer taper sur le PS et Hollande, parce que ce qu'il reste de la gauche est censé être ma famille politique, et surtout parce qu'après tel quinquennat, il serait trop facile d'en remettre une couche sur Sarkozy. S’il repasse là, c’est vraiment que le PS fait de la peine.
À la limite, je préfère presque faire de Copé un cas d'étude : cet homme parle beaucoup et ne dit jamais rien. C'est le prototype parfait du "politocard" nouveau : formation intellectuelle très faible, très haut niveau de com'. Jamais vu un pourrisseur de débat de ce calibre.

Sinon, deux candidats me plaisent, au niveau du discours. Eva Joly, qui a surtout le tort d'être dans un parti d'incroyables losers, et Jean Luc Mélenchon, qu'on caricature comme un populiste, mais qui fait partie des rares à lire, réfléchir, s’informer, argumenter etc. Souvent, il connaît même mieux les programmes et idées de ses opposants, que ses opposants eux-mêmes.
Et pourtant, sauf si je craque, il est toujours prévu que je vote blanc. Et si je devais craquer, ce ne serait certainement pas pour le PS, je refuse de porter le poids "Hollande". Tout comme j’aurais refusé de porter le poids "DSK", notez bien.


PS : En dépit de mon introduction sanglante, je fais le serment de rester doux comme un agneau sur un sujet sensible. Je ne tiens à m’engueuler avec personne, et je ne veux pas donner le sentiment que certaines idées n’ont pas le droit de s’exprimer ici. Certains diront que je suis mal placé pour donner des leçons, mais j’espère que tout le monde en fera de même. <3
Image
Avatar de l’utilisateur
Yoan
Administrateur du site
 
Messages: 2289
Inscription: Ven 3 Déc 2010 21:58

Re: Les élections pestilentielles 2012

Messagepar Binouz » Mar 3 Jan 2012 12:04

J'aime beaucoup Mélenchon. Mais j'ai été très étonnée de lire, je ne sais où, que la très grande majorité de ses partisans étaient de la classe moyenne +. Donc on a beau le taxer de populiste, c'est le jeune trentenaire classe moyenne (idéal type) qu'il séduit d'abord, et pas la classe ouvrière/populaire. Ces derniers, je crains qu'ils n'aient été récupérés par une brillante communicante à l'héritage abject.
Quand penses-tu ?
Avatar de l’utilisateur
Binouz
 
Messages: 390
Inscription: Sam 4 Déc 2010 22:23
Localisation: 93

Re: Les élections pestilentielles 2012

Messagepar Yoan » Mar 3 Jan 2012 12:10

Oui, c'est la remarque que j'ai oubliée de faire dans mon post... Le milieu ouvrier est, plus que jamais, le vivier du FN. Tristesse.
Image
Avatar de l’utilisateur
Yoan
Administrateur du site
 
Messages: 2289
Inscription: Ven 3 Déc 2010 21:58

Re: Les élections pestilentielles 2012

Messagepar Binouz » Mar 3 Jan 2012 14:31



C'est ce qu'a très bien compris Marine...
Quand penses-tu ?
Avatar de l’utilisateur
Binouz
 
Messages: 390
Inscription: Sam 4 Déc 2010 22:23
Localisation: 93

Re: Les élections pestilentielles 2012

Messagepar Yoan » Ven 9 Mar 2012 13:38

Aller, je relance le topic interdit. :face:

Et j’indique d’emblée que j’ai craqué, et que pour la première fois depuis 2005, je ne voterai pas blanc à une élection. En tout cas pas au premier tour de ces Présidentielles.
Ma voix ira au Front de gauche, à titre purement symbolique, car je reste persuadé que le jeu politique institutionnel est cruellement faussé. Il l’est à vrai dire à tel point que Mélenchon l’admet lui-même du bout des lèvres, quand on l’interroge sur ses moyens d’action : à la question, "mais comment allez-vous faire ?" il répond systématiquement que la France est un grand pays, et qu'il devra montrer la voie aux autres. Autrement dit, il reconnaît là qu'un pays (très) à gauche, seul perdu au milieu de nations toujours dévouées au libéralisme débridé, c'est un peu le suricate face à une armée de loups. On lui rétorque alors que c'est impossible, et que l'enchaînement vertueux qu'il dit espérer est une chimère. De façon tout aussi systématique, il termine avec un "dans ce cas-là, rentrons tous pleurer et arrêtons de faire de la politique". Dans le fond, je lui donne tout à fait raison, et il défend en tout cas ce qui me semble juste. Concrètement, je pense qu’il sait très bien qu’il lui faudrait au moins deux mandats pour commencer à peser, ce qui est inimaginable aujourd’hui. On est en plein dans une espèce de perversion systémique qui fait qu'une infime partie du spectre politique bénéficie d'issues concrètes pour transformer ses idées en actes. Et je suis toujours assez effaré de constater que face à ça, les gens préfèrent souvent blâmer les "idéalistes", plutôt que de remettre en cause des aberrations structurelles qui interdisent certaines idées ailleurs que dans des débats théoriques.
C’est pourtant un constat grave, et ça pose la question terrible des issues concrètes des politiques de gauche, dans un monde de droite. Les idées ne sont rien – ou pas grand-chose – sans l’action. Et pour un parti, pas d’action sans accès au pouvoir. Or, je pense personnellement que n'y accèdent que ceux qui se résignent à ne pas déborder du cadre idéologique propret autorisé par une machine institutionnelle complexe. De fait, ça exclut les politiques de "la gauche de la gauche", puisque d'une part on aura tôt fait de les faire passer pour des rigolos à qui on aime tant dire "soyons sérieux", et puisque d'autre part, tout l'appareil économique transnational fonctionnant selon un credo libéral érigé en règle absolue, c'est comme si on essayait de faire rentrer un carré dans un triangle. C’est là que je pense qu’une oligarchie de droite dirige le monde, et qu’en cela notre « démocratie » est déjà terriblement dévoyée, mais j’aurai l’occasion d’y revenir.

Mais Mélenchon est tellement structuré intellectuellement en comparaison de ses adversaires, que je me suis dit que j’allais mettre mes principes au placard au moins pendant un tour, au risque de le regretter très vite. Le PS, honnêtement, c’est hors de question. En d'autres temps, j’aurais peut-être été plus conciliant avec ce parti, mais faut quand même voir à quoi ça ressemble aujourd'hui, et que si ça n'avait pas été Hollande, l'homme aux mille vestes retournables, qui était aujourd'hui en pôle au PS, c'était DSK. Voter DSK quand on est antilibéral, ça demande quand même une faculté d'abstraction qui me fascine. Et je dis « antilibéral » parce que c’est l’idée que je me fais de la gauche telle que je la conçois. Et là faut arrêter d’imaginer des communistes primaires, un parti antilibéral, c’est un parti qui a des vues en matière d’économie qui correspondent tout simplement à ce que défendait Keynes en son temps. Et c’est ce que défendent également aujourd’hui notamment les économistes hétérodoxes, dont certaines pointures dont j’ai déjà parlé (Frédéric Lordon, notamment). Le PS est un parti fondamentalement néoclassique, comme l’UMP, et c’est ce qui fait que les rapprochements entre le Front de Gauche et le PS n’ont pas de sens idéologiquement parlant : ils ont une approche radicalement différente de ce qui constitue l’axe majeur d’un programme. La théorie du vote utile à gauche, si on ignore ce fossé idéologique, c’est juste bon pour les fanas du jeu politique à la calculette, et ça ne m’intéresse pas.
Et comme j’ai envie de finir sur une provocation, je crois que je préfère encore 100 fois un mec comme Dupont-Aignan – pourtant encarté UMP – à Hollande. Je l’ai entendu s’exprimer plusieurs fois, et toute position partisane mise à part, il a le mérite de s’élever très au-dessus de la mêlée en termes de structuration intellectuelle de la pensée politique. Et je me mets à sa place, ça doit être dur d’avoir pour chef l’espèce d’animateur de bistrot qui nous sert de Président. :D
Image
Avatar de l’utilisateur
Yoan
Administrateur du site
 
Messages: 2289
Inscription: Ven 3 Déc 2010 21:58

Re: Les élections pestilentielles 2012

Messagepar Yoan » Dim 11 Mar 2012 02:51

Voilà ce qui se passe quand je dis du bien d'un mec de droite :

Le Monde a écrit:Nicolas Dupont-Aignan, candidat de Debout la République à l'Elysée, affirme samedi 10 mars dans un entretien au Figaro Magazine qu'il pourrait choisir Marine Le Pen, la candidate du FN à l'élection présidentielle, comme premier ministre s'il était élu.


Du coup, je retire.
Image
Avatar de l’utilisateur
Yoan
Administrateur du site
 
Messages: 2289
Inscription: Ven 3 Déc 2010 21:58

Re: Les élections pestilentielles 2012

Messagepar Auré » Mar 13 Mar 2012 17:22

Non, non je ne viens pas ici parler des élections mais juste partager une image. J'en ai entendu parler aux infos ce midi.

Image

(Lien ici)

Voilà de quoi faire parler un peu... ou pas !
Image
Avatar de l’utilisateur
Auré
 
Messages: 439
Inscription: Jeu 12 Mai 2011 19:23

Re: Les élections pestilentielles 2012

Messagepar Yoan » Mer 14 Mar 2012 11:56

Disons que les élus en première ligne, puis les médias, et enfin le service marketing/com' de la boite en question, se sont rapidement empressés de rappeler d'une même voix que rien n'était évidemment plus important que de voter. La survie de la démocratie, hein.

Image
Aie confiaaaaanceeuh...


Tiens, d'ailleurs question extérieure aux opinions politiques en tant que telles, puisque je sens bien que ça vous effraie de vous exprimer sur vos convictions (ce que je peux comprendre par ailleurs. Et vous avez peut-être raison de ne pas faire comme moi et de vous... abstenir) : Les sondages faussent-ils les élections ?
je veux dire, il arrive un moment où se pose la problématique de la poule et de l'oeuf : jusqu'à quel point ce ne sont finalement pas les sondages qui fondent les intentions de vote, et non l'inverse ? Après tout, on égalise les temps de parole par souci d'impartialité dans le traitement médiatique des candidats. Rappeler tous les jours que le second tour s'annonce évidemment être Sarko/Hollande, c'est pas une manière manifeste de fragiliser les autres, et d'intenter indirectement à cette impartialité ?
D'ailleurs, il me semble que les sondages "politiques" sont interdis en Espagne en période électorale. Et je ne suis pas certain de trouver ça choquant, même si la répression me gêne en soi.
Image
Avatar de l’utilisateur
Yoan
Administrateur du site
 
Messages: 2289
Inscription: Ven 3 Déc 2010 21:58

Re: Les élections pestilentielles 2012

Messagepar Finquel » Dim 1 Avr 2012 20:07

Je suis rentré en mode campagne! Essayer de convaincre le plus de monde de voter Mélanchon!! héhé
Avec mes collègues, ça marche pas mal. Sont pratiquement tous de gauche de toute façon. Ceux qui veulent voter PS, il n'y a que deux choses à combattre pour les ramener dans le droit chemin: Ce fameux "vote utile" de merde ou "mais non mais si t'es de gauche, tu ne peux pas voter PS, ils n'ont de sociale plus que le nom".

Mais j'ai quand même perdu il y a deux semaines des amis de la famille d'enfance car ils sont Sarkoziste à mort! Sarkoziste car plus efficace que Lepen quoi.... avec tous les poncifs: Les arabes nous volent notre travail et notre chomage, les sans papiers faut tous qu'ils repartent sauf ceux qu'on connait et qu'on aime bien.... bref... des cons.




allez soyez pas con les gens, voter Jean Luc ^^
Batmaaaaaan tin-nin--nin--nin--nin--nin--nin--nin Batmaaaaaan
Avatar de l’utilisateur
Finquel
 
Messages: 335
Inscription: Sam 4 Déc 2010 13:58

Re: Les élections pestilentielles 2012

Messagepar Yoan » Lun 2 Avr 2012 11:11

Un militant qui écorche le nom de son poulain, ça fait pas sérieux hein. :D
Sinon, j’ai déjà dit toute la sympathie que j’avais pour un candidat qui a eu le mérite de porter le débat d’idées à un niveau décent. Les autres ont globalement brassé du vent, Holande compris, tandis que Sarkozy n’a toujours pas de programme déclaré. Vrai qu’après tout, en campagne, c’est pas le plus utile.
Mais je ne peux pas m’empêcher de penser que malgré tout, Mélenchon reste un comédien de la République. Et même si par un cataclysme inexplicable, il était bombardé Président, il ne pourrait pas accomplir le quart de son programme. Déjà parce qu’il s’agit d’un programme européaniste qui suppose le soutien de toutes les nations environnantes. Ou du moins d’une large partie d’entre elles. Et même si je lui accorde tout à fait le mérite d’une pensée cohérente, lui aussi, c’est un "capitaine de pédalo dans la tempête".

Bon par contre, si je veux que ce topic ne tourne pas au pugilat – même si plus probablement, il risque de ne pas tourner du tout – je suis obligé de rappeler qu’on évitera les agressions partisanes. D’autant que le rapport droite/gauche en France est suffisamment partagé pour qu’on s’embarrasse de quelques précautions dans la manière de s’exprimer. Moi j'aurais bien envie de discuter avec eux, les "Sarkozystes", alors me les fais pas fuir tout de suite... :roll:
Image
Avatar de l’utilisateur
Yoan
Administrateur du site
 
Messages: 2289
Inscription: Ven 3 Déc 2010 21:58

Re: Les élections pestilentielles 2012

Messagepar Finquel » Lun 2 Avr 2012 16:06

Yoan a écrit:Un militant qui écorche le nom de son poulain, ça fait pas sérieux hein. :D


Et.... meeerde
Batmaaaaaan tin-nin--nin--nin--nin--nin--nin--nin Batmaaaaaan
Avatar de l’utilisateur
Finquel
 
Messages: 335
Inscription: Sam 4 Déc 2010 13:58

Re: Les élections pestilentielles 2012

Messagepar Yoan » Jeu 5 Avr 2012 08:09

Fallait bien que ça arrive, maintenant que Méluche s'impose comme le troisième homme de ces élections :

Le Monde a écrit:"Rassemblant la plupart de ceux qui rejettent le réalisme économique et européen du PS, Mélenchon se fait le porte-voix des colères et des rêves."
"Un programme qui s'affranchit des contraintes."
"Les analystes notent de manière récurrente son manque de programme. Chercher l'erreur ? Et si, justement, il n'y en avait pas..."


Je parle bien du Monde, pas du Figaro.
Et pour la blague, quand même, le programme du Président sortant vient à peine d'être grossièrement esquissé, à 3 semaines du premier tour, alors que celui du Front de Gauche - quoi qu'on en pense - est en vente libre depuis septembre dernier. Ça fait juste 8 mois que Mélenchon le défend sans fuir le débat contradictoire. Mais bon. :hmm:
Image
Avatar de l’utilisateur
Yoan
Administrateur du site
 
Messages: 2289
Inscription: Ven 3 Déc 2010 21:58

Re: Les élections pestilentielles 2012

Messagepar Auré » Mar 10 Avr 2012 22:56

On peut jeter l'ancienne carte électorale ?
(Question rapide et efficace :) )
Image
Avatar de l’utilisateur
Auré
 
Messages: 439
Inscription: Jeu 12 Mai 2011 19:23

Re: Les élections pestilentielles 2012

Messagepar Yoan » Mar 10 Avr 2012 23:58

J'en sais rien.
Personnellement, j'amènerai les deux, mais je pense que l'ancienne est toujours valide.
Image
Avatar de l’utilisateur
Yoan
Administrateur du site
 
Messages: 2289
Inscription: Ven 3 Déc 2010 21:58

Re: Les élections pestilentielles 2012

Messagepar Linoa » Mer 11 Avr 2012 07:33

Oui faut la jeter, c'est marqué dessus même il me semble. Enfin j'ai reçu ma nouvelle et y avait marqué qu'il fallait jeter l'ancienne. Tu peux la garder si t'es nostalgique mais sinon poubelle ^^
When I get sad I stop being sad and be AWESOME instead. True story.
Avatar de l’utilisateur
Linoa
 
Messages: 55
Inscription: Sam 4 Déc 2010 19:44

Re: Les élections pestilentielles 2012

Messagepar Auré » Mer 11 Avr 2012 11:14

Linoa a écrit:Oui faut la jeter, c'est marqué dessus même il me semble.

Ah oui !
"La présente carte remplace la précédente, qui devra être détruite" (Ils déconnent pas !!!)
Image
Avatar de l’utilisateur
Auré
 
Messages: 439
Inscription: Jeu 12 Mai 2011 19:23

Re: Les élections pestilentielles 2012

Messagepar Auré » Mer 25 Avr 2012 11:26

...

Image


Ils doivent s'éclater en dépouillant quand même... C'est injuste, moi j'ai dépouillé une fois et j'ai pas eu de blagues à faire ! o)
Image
Avatar de l’utilisateur
Auré
 
Messages: 439
Inscription: Jeu 12 Mai 2011 19:23

Re: Les élections pestilentielles 2012

Messagepar Yoan » Mer 25 Avr 2012 11:41

Moi j'avais pensé à "Au revoir et merci Poutou".
Mais je suis quand même content de l'avoir vu relever la tête - j'aime bien les ouvriers qui ne parlent pas comme des politiques - parce que j'avais assisté à sa première télé chez Ruquier, et sincèrement, il était tellement écrasé par le trac que c'en était gênant. Il n'a clairement pas l'aisance et le punch d'un Besancenot, ni même la connaissance politique pour tenir le cap face à un pro' de la com'. Pire que ça, je l'ai vu carrément se décomposer face à Pulvar/Polony sur des questions assez basiques, et j'ai cru qu'il ne s'en remettrait jamais. Mais j'ai été surpris de le revoir ensuite, beaucoup plus énergique et audible. Alors évidemment, le gars est loin de se montrer compétent sur des questions techniques, mais dans le rôle du représentant de la France Smicarde, je l'ai trouvé bon. Et quelque part, sa campagne n'aura pas été un calvaire du niveau de celle d'Eva Joly.

Bon sinon, je reviendrai certainement parler de ce premier tour. J'ai les idées plus claires et le propos moins haineux, avec un peu de recul.
Image
Avatar de l’utilisateur
Yoan
Administrateur du site
 
Messages: 2289
Inscription: Ven 3 Déc 2010 21:58

Re: Les élections pestilentielles 2012

Messagepar Yoan » Mer 25 Avr 2012 17:52

Je me permets de flooder :

Présidentielle 2012 : près de 400 sondages publiés, contre moins de 300 en 2007

Environ 400 sondages devraient avoir été réalisés au soir du second tour de la présidentielle, 375 études ayant été comptabilisées à la veille du premier tour par la Commission des sondages. Soit 36% de plus qu'en 2007, où avaient été dénombrés 293 sondages. Depuis 1981, à chaque présidentielle, leur nombre n'a cessé d'augmenter: 111 en 1981, 153 en 1988, 157 en 1995, 193 en 2002. La commission a par ailleurs remarqué un «glissement des instituts de sondages sur Internet» pour réaliser les études, avec trois acteurs sur ce créneau (Opinion Way, Ifop et Harris Interactive) contre un seul (Opinion Way) en 2007.


Tu peux dormir tranquille, vote couilles molles "utile", surtout avec un épouvantail nationaliste et anti-Républicain à 20%.
Image
Avatar de l’utilisateur
Yoan
Administrateur du site
 
Messages: 2289
Inscription: Ven 3 Déc 2010 21:58

Re: Les élections pestilentielles 2012

Messagepar Yoan » Jeu 3 Mai 2012 11:27

Les gens semblent apparemment résolus à n’en parler que sur Facebook, mais c’est ici que j’ai envie de me fendre de quelques commentaires relatifs à cette campagne, pas sur une page perso’ qui n’est pas vraiment faite pour ça. Alors, pour le geste :

Les résultats du premier tour m’ont lancé cette évidence au visage : le modèle néolibéral consacrant la toute puissance des marchés n’est pas remis en cause. Cela peut paraître être de la provoc’, mais le volet économique et fiscal du programme du FN est profondément antilibéral et diamétralement opposé à celui de l’UMP. Pour dire les choses plus clairement, c’est de l’ultra gauche à la sauce protectionniste, s’inspirant largement de la fronde « anti-banques » qui a motivé ceux qu’on appelés « les indignés ». Pourtant, si les sauts d’électeurs se font aussi fréquemment et facilement du FN à l’UMP – et réciproquement – c’est parce que je pense que l’écrasante majorité des votants fonde ses opinions sur le volet social d’un programme. Et là, Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen mangent clairement dans la même gamelle, sur fond de relents xénophobes indéniables. Je n’ai pas dit « racistes » - terme discutable - mais bien « xénophobes », c’est-à-dire centrés sur l’idée que le danger vient de l’extérieur, que l’immigration nous ruine, et que notre fameuse identité nationale est en péril.
Celui que j’ai pris l’habitude d’appeler Mélenshow a réalisé – dixit à peu près tous les observateurs politiques – la « meilleure campagne ». Une campagne largement centrée sur l’endettement par les marchés, et mettant donc en cause les mécanismes bancaires. Avec 11% au terme d’une dynamique de campagne idéale, il est pourtant un constat à faire plus judicieux que de dire que c’est un score flatteur pour un parti si « jeune » : ce discours ne paie pas, électoralement-parlant. Et à ce titre, tous ceux qui ont dit que le programme du front de Gauche était populiste se sont trompés ou ont menti : tenter d’expliquer ce qu’est la BCE et comment les états se financent sur les marchés est une démarche complexe et précisément anti-populiste. Ca ne parle pas à tout le monde, et c'est à mon avis moins récompensé dans les urnes que les discours simplistes, qui ne sont pas toujours ceux que l'on tente de nous faire croire.
Bon, vous me direz, c’est bien Hollande qui s’apprête – sauf énorme surprise – à succéder à Sarkozy, ce même candidat socialiste qui déclarait avoir « un ennemi sans nom ni parti : la finance ». Sauf qu’il serait extrêmement naïf de penser que c’est pour ça qu’il sera élu : il le sera principalement parce que le Sarkozysme en a fatigué plus d’un, et qu’après 20 ans de Présidence UMP, il est temps d’alterner. Mais le plus ennuyeux, c’est qu’il serait encore plus naïf de penser que Hollande pourfendra la finance comme il l’a déclaré. Je ne lui donne pas 6 mois pour faire de l’austérité, précisément parce que – et j’en reviens à mon propos initial- c’est un libéral d’inspiration néoclassique. Tout ne sera pas pareil non. On freinera enfin des deux pieds sur les stigmatisations ethniques et/ou sociales, et ça permettra déjà de respirer, on sabotera moins vite les services publics et l’éducation, entre autres. On a tout à fait le droit de penser que ce n’est pas négligeable. Sauf que les déficits vont continuer de se creuser, et que fidèle à un credo qui n’en est pas un, le PS essaiera d’être rigoureux sans être austère. Peine perdue et échec en vue. On peut déjà nourrir des inquiétudes pour 2017 parce que Yoanastradamus vous l’affirme sans trembler du menton : au vu de la conjoncture actuelle, ce quinquennat s’annonce chaotique, et à vrai dire dans la droite lignée de ce que nous vivons au moins depuis 2008, à savoir une crise de la finance en tant que mode de régulation économique. Continuons ce qui ne marche plus, changeons juste l'étiquette politicienne.
Et pour revenir rapidement sur le débat – d’un niveau déplorable, il faut bien l’admettre – Hollande a sauvé l’essentiel en faisant bonne figure sur la forme. Il sera donc élu, ça ne fait guère plus de doutes, puisqu’il aurait vraiment fallu qu’il coule pour perdre le crédit de son avance dans les sondages. Mais sur le fond, putain je lui en veux. Je ne m’attendais évidemment pas à le voir se transformer subitement en un vrai homme de gauche, mais sur tout le volet « économie » du débat, il n’a pas trouvé mieux que de s’appuyer à plusieurs reprises sur la référence Allemande, brillante idée en forme d’offrande pour son adversaire, qui place dans la foulée un tacle gigantissime sur les 35 heures. Et là, Hollande a été encore moins bon que Royal en 2007… Pas foutu de défendre la seule vraie mesure de gauche d’envergure dont peut se targuer le PS depuis 20 ans. Incapable de dire à qui elle a profité et les emplois qu’elle a effectivement créés, incapable de dénoncer la bêtise consistant à en faire un boulet plombant notre compétitivité, et même incapable de parler de progrès social, de qualité de vie.
Son quinquennat n’a même pas commencé, et il m’énerve déjà.

Et bonne journée, moi je m’apprête à reprendre mes (bonnes ?) habitudes, et mon vote blanc.
Image
Avatar de l’utilisateur
Yoan
Administrateur du site
 
Messages: 2289
Inscription: Ven 3 Déc 2010 21:58


Retourner vers Divers

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 7 invités

cron