Forum Francophone Silverchair

Forum de discussion dédié au groupe Silverchair

Nos lectures

Cinéma, littérature, arts divers... Étalez votre savoir ici, ou venez vous en octroyer.

Re: Littérature

Messagepar Yoan » Mar 30 Aoû 2011 15:20

Les lectures que j'aie sur le feu, et Auré en témoignerait, n'ont pas leur place ici. Je m'apprête en effet à me régaler avec des merveilles contant le système financier mondial, la banalisation de l'injustice sociale, ou encore les germes de la "haine de l'Occident".
J'en toucherai évidemment quelques mots (veinards), mais ailleurs.

Tout ça pour dire que j'ai mis du temps à lire un peu, mais ça a finalement été surtout pour m'orienter vers des essais et autres ouvrages du même tonneau. Le pire, c'est que je crois que j'adore ça. J'en ressors tellement moins con, je comprends mieux pourquoi mes prof' me tannaient avec leurs bouquins.

Sinon, je suis quand même sur le point de finir un recueil de nouvelles d'un parfait inconnu nommé Stephen King, et comme il m'est arrivé de lire pas mal de critiques à son sujet - jusque sur ce forum, il y a quelques années - je pense venir en parler. Pour en dire beaucoup de bien, en l'occurrence.
Image
Avatar de l’utilisateur
Yoan
Administrateur du site
 
Messages: 2289
Inscription: Ven 3 Déc 2010 21:58

Re: Littérature

Messagepar Binouz » Mar 6 Sep 2011 10:33

Je m'apprête en effet à me régaler avec des merveilles contant le système financier mondial, la banalisation de l'injustice sociale, ou encore les germes de la "haine de l'Occident".


Ce sujet m'intéresse assez. Quelles sont tes sources ?
J'avais lu un essai il y a quelques années, d'un anonyme (la personne travaillait aux services secrets), qui avançait l'hypothèse selon laquelle il fallait s'attendre à une quatrième guerre mondiale au XXIème siècle: orient/occident. C'était assez flippant.

Sinon je reviens là dessus :
J'aime la littérature populaire, peut être mal vue avec certains auteurs, (et là, je ne détaillerais pas) mais j'aime lire des choses qu'on sait d'avance complètement inventées, des choses simples et lisibles de tous.

Pour moi, cette littérature est nécessaire. Amelie Nothomb, Beigbeder, Mac Levy, Musso, Pancol.... ce que tu appelles "littérature populaire". C'est même indispensable. Indispensable parce qu’ils permettent à des gens qui n'en ont pas l'habitude, de prendre un bouquin, de lire et d'aimer lire. Donner envie aux gens de lire, c'est pas rien. L'école elle même n'y arrive pas.
Ça m'agace un peu ceux qui "crachent" sur ces auteurs, sous prétexte que ce qu'ils font est "facile". On oublie toujours le lectorat derrière : dire que Marc Levy c'est de la merde, revient à dire que ses millions de lecteurs sont des merdes. C'est nul, d'autant que c'est pas vrai.
Quand penses-tu ?
Avatar de l’utilisateur
Binouz
 
Messages: 390
Inscription: Sam 4 Déc 2010 22:23
Localisation: 93

Re: Littérature

Messagepar Yoan » Mar 6 Sep 2011 11:48

Binouz, je pressens que tu viens de rendre Auré heureuse pour la journée.

Mais c'est étrange, si j'ai tendance à penser que tu as sûrement raison ici, je reste franchement incapable de me faire la même réflexion pour la musique.

Ceci s’apprête à être un HS coupable, désolé

Je n’ai pas l’impression que Christophe Maé et Grégoire – les rois absolus des tubes formatés sur les fameux 4 accords consonants – poussent quiconque à s’intéresser vraiment à la musique. Je pense même au contraire qu’ils détournent les auditeurs des choses plus exigeantes et moins basées sur des recettes faciles et toutes prêtes, parce qu’ils ne formatent pas que leurs chansons : ils formatent l’oreille du public, avec le concours des maisons de disques et des médias.
Bon après, et même si je n’ai que peu de références littéraires à faire valoir, j’ai du mal à accepter l’idée que Nothomb par exemple, c’est l’équivalent qualitatif de Grégoire. J’ai d’ailleurs déjà lu deux Nothomb, et les ai trouvés plutôt sympa’.
La musique est un art quand même, me semble-t-il, bien plus maltraité que ça.

En revanche, le truc du « ça peut amener à s’intéresser à d’autres choses plus intéressantes », on me le dit à propos d’artistes que j’écoute toujours sans honte : Offspring, Incubus ou même Silverchair tiens. Mais là en l’occurrence, je ne valide pas le discours « c’est nul » les concernant. Et finalement, on en revient vite aux sources de la critique : ça ne met jamais grand monde d’accord.

Sinon, back to the topic :

Binouz a écrit:Ce sujet m'intéresse assez. Quelles sont tes sources ?
J'avais lu un essai il y a quelques années, d'un anonyme (la personne travaillait aux services secrets), qui avançait l'hypothèse selon laquelle il fallait s'attendre à une quatrième guerre mondiale au XXIème siècle: orient/occident. C'était assez flippant.


"La Haine de l'Occident" de Jean Ziegler.

J’avais commencé à le lire, mais je vais probablement le reprendre entièrement. Je me souviens l’avoir trouvé moins « fulgurant » que son meilleur essai « L’Empire de la Honte » (sensiblement sur le même sujet), mais l’avantage avec Jean Ziegler, c’est que ce n’est pas qu’un intellectuel barbant : il a l’expérience du terrain, et finalement il parle plus de ce qu’il a vu en parcourant le globe pour le compte de l’ONU, que des grandes théories économiques. Il démasque surtout avec acuité les grands mensonges du capitalisme mondialisé, en l’illustrant toujours par ce dont il a pu être témoin. On le lui reproche d’ailleurs parfois : au contraire d’un scientifique, il n’hésite pas à faire jouer les émotions. Je me souviens notamment d’un passage où il décrit comment certaines mères de famille dans des pays touchés par la misère, font chauffer des pierres dans leurs marmites, pour « tromper » leurs enfants, en espérant ainsi qu’ils s’endorment pour oublier la faim. De la même façon, il affiche assez nettement ses amitiés politiques et ses convictions idéologiques. Alors ça n’a pas la rigueur d’un ouvrage scientifique, mais ça a la force des convictions sincères et déclamées avec coeur. Et c’est quelqu’un qui a fait beaucoup pour ce qui demeure le plus grand scandale sur cette planète à l’heure actuelle : la faim.
(J’ai plus parlé de « L’Empire de la Honte » là, mais ses sujets de prédilection se recoupent souvent).
Image
Avatar de l’utilisateur
Yoan
Administrateur du site
 
Messages: 2289
Inscription: Ven 3 Déc 2010 21:58

Re: Littérature

Messagepar caro » Mar 6 Sep 2011 12:36

Moi je suis beaucoup plus partagée sur la littérature populaire...Pour être claire déjà, je ne peux pas saquer Levy et ses livres tout juste bons à être des scénarii de téléfilms pour TF1...
Populaire ne veut pas dire "nul" et là en l'occurrence je trouve Marc Levy "nul". Je ne pense pas qu'il pousse les gens à lire vraiment, dans le sens où c'est tellement facile, simpliste, téléphoné et écrit dans un style pourrave que ça détourne de ce qui devrait être pour moi de la littérature populaire. C'est lui qui prend les gens pour des cons, c'est pas moi. Pour reprendre Cornillac, c'est pas parce qu'on donne de la merde à manger aux gens qu'il faut en déduire qu'ils aiment ça. Cet auteur n'ouvre sur rien. On peut être un chouia plus complexe, exigeant et inventif sans pour autant être élitiste. Certes, ça m'est arrivée de le conseiller à des jeunes qui lisaient un peu. J'ai saisi la perche pour ne pas qu'ils abandonnent la lecture. En étant dans le compromis mais pas dans la compromission. Parce que pour moi, conseiller de lire ce mec sans être honnête sur ce qu'il fait, ce serait prendre la personne en face pour une demeurée. Je l'ai donc "conseillé" tout en disant ce que j'en pensais.
Et pour moi on peut être populaire et de qualité. Je suis une grande fan de Stephen King ! C'est populaire, ça se lit vite et c'est en même temps complexe, créatif.
Nothomb au moins a un style, un univers. Marce Lévy, c'est limite de l'anti-littérature. Il n'y a rien. C'est tellement simplet, surtout quand il se lance dans des tirades pseudo philo sur la vie, l'amour, la mort, que moi ça m'a plusieurs fois fait éclater de rire. Tu crois que tu lis, mais en fait, tu rends du temps de cerveau disponible pour Coca.
C'est pas être élitiste de dire ça, c'est penser que les gens valent mieux. Complexifier un peu ne veut pas dire rendre opaque. On peut donner envie de lire aux gens sans tomber là-dedans. Et j'adore Harry Potter alors que c'est tout aussi populaire, mais bien écrit, stimulant, etc.
Pour moi, c'est comme la musique et ce que tu en dis Yoan.
"Former les hommes, ce n’est pas remplir un vase, c’est allumer un feu." Aristophane.
Avatar de l’utilisateur
caro
 
Messages: 302
Inscription: Sam 4 Déc 2010 13:48

Re: Littérature

Messagepar Auré » Mar 6 Sep 2011 13:51

Yoan a écrit:Binouz, je pressens que tu viens de rendre Auré heureuse pour la journée.


Il dit vrai ! :)

Par où commencer ? Moi qui n'avais pas citer de noms exprès... :ange:
Allons directement dans le vif du sujet, qui là,on ne peut pas y échapper est Marc Lévy.
Je peux tout à fait admettre que cet auteur provoque deux effets totalement inverses. En clair, soit on adore, soit on déteste. C'est d'ailleurs la 1ère chose qui va plus ou moins être dite sur la page wikipédia de l'auteur.
Commençons par dire que oui, je suis une de ces grandes lectrices, mais vous l'aurez bien compris sans ma précision. Un de ces livres sort, il lui faut pas plus de 2 semaines avant d'atterrir dans ma bibliothèque.
Il y a certes des auteurs qui vont "faire un peu plus d'efforts" dans leurs façons d'écrire. Yen a qui feront pareil, d'autres qui feront bien plus, et d'autres qui feront carrément beaucoup moins.
Qu'est ce qui fait qu'un auteur est nul ?
Qu'est ce qui fait qu'on peut dire que tel ou tel auteur prend les gens pour des cons ?
Je n'ai pas l'impression de faire partie d'un groupe qui s'est fait "piégé".
Je lis Marc Lévy parce que j'en ai envie. Parce que j'aime le lire. Si je le trouvais nul, j'irais voir ailleurs.
Puis on peut pas dire que je fais partie de ceux qui lisent peu et donc se mêlent à la "foule". Même si je lis beaucoup moins qu'avant, c'est carrément visible pour ceux qui ne me voyaient pas décrocher de mes romans ya encore 2-3 ans de ça. Je peux donc m'ouvrir à différents types d'écriture.
A côté de ça, ya tous ceux et celles qui n'aiment pas lire, qui détestent vraiment ça, pour qui ouvrir un livre est une perte de temps. Et quand on force ces gens là à lire, on les pousse vers ce qui justement est lisible. Il y a tous ceux qui ne lisent pas et ne liront jamais parce que la lecture en elle même est difficile.
Pour quelqu'un qui était encore au lycée ya 3 ans, je peux vous assurer qu'on entend des personnes de 18 ans lire de la même façon qu'un enfant de Ce1 qui apprend tout juste à lire. Je dévie un peu, mais je reviendrais à mes moutons d'ici quelques mots. Donc cette personne qui a des difficultés à lire, si on le pousse à lire Marc Lévy, on le prend pour un con ?
Tout ça pour dire que (je sais même plus ou j'en étais d'abord^^).
Ah oui, Marc Lévy, j'ai donc tous ces livres, j'aime les lire, j'en ai relu certains plusieurs fois. En le lisant, je ne m'imagine pas en train de lire un truc de fou, je me dis juste que je lis un livre avec lequel j'arrive à m'évader, qui me fait sourire parfois, les choses simples que j'ai envie de ressentir en lisant un livre, je les ressens en le lisant et ça me suffit.
Après, c'est un auteur qui effectivement a des millions de lecteurs, qui a été traduit dans 41 langues, et qui reste quand même pour l'instant l'auteur français le plus lu dans le monde. Et parmi ces millions de lecteurs, ya certes, un peu de tout, les gens comme moi, les autres qui lisent par curiosité, qui aimeront ou détesteront après une première lecture, ceux qui resteront indifférents, un peu de tout quoi.
Puis je peux du coup me retrouver à lire d'autres auteurs populaires par curiosité, j'ai lu un Nothomb pour les cours, je me suis acheté un Musso par simple curiosité, mon avis sur lui se fera après cette lecture.
Je n'ai jamais lu Stephen King, tout simplement parce que je ne pense vraiment pas que ce soit le style de lecture que j'aime, et pourtant je ne doute pas une seule seconde de la qualité de cet auteur !

caro a écrit:Et j'adore Harry Potter alors que c'est tout aussi populaire, mais bien écrit, stimulant, etc.

Je reste la plus grande fan d'Harry Potter, que ce soit les films ou les livres, je n'ai aucune objectivité quand on en parle, je l'avoue. Il n'empêche que je reste fan d'Harry Potter, la sage en elle même, et non pas de JK Rowling (je sais qu'elle y est pour beaucoup dans le fait que j'aime mais je me comprends hein^^) Je regardais sur le net là, si elle avait d'autres livres, apparemment, yen a deux ou trois si je ne me trompe pas. C'est donc un auteur qu'on peut juger sur une saga. Que Marc Lévy c'est lui et ses livres que j'adore. C'est mon numéro 1 effectivement. Il sort un livre, je cours l'acheter, en me disant que j'aurais peu de chances de ne pas aimer, parce que je me suis attachée à son style d'écriture.
Enfin voilà, je crois que j'ai à peu près tout dit, je m'arrête là à défaut de me répéter.
Dernière édition par Auré le Mer 7 Sep 2011 23:10, édité 1 fois.
Image
Avatar de l’utilisateur
Auré
 
Messages: 439
Inscription: Jeu 12 Mai 2011 19:23

Re: Littérature

Messagepar Yoan » Mar 6 Sep 2011 15:32

Auré a écrit:Qu'est ce qui fait qu'un auteur est nul ?
Qu'est ce qui fait qu'on peut dire que tel ou tel auteur prend les gens pour des cons ?


Pour la seconde question, difficile de te répondre. Sans réelle connaissance de la façon dont il aborde l’écriture, moi je veux bien le croire absolument honnête, passionné et investi.

Pour la première en revanche, il est soumis comme n’importe quel auteur à la critique, d’autant plus lorsque comme lui on est lu par tant de gens.
Ça implique la libre appréciation de son travail par chacun sur un tas de critères : les qualités strictement littéraires qu’il manifeste, les idées de fond qu’il développe, la structure du récit qu’il déploie, la capacité à capter l’attention dont il fait preuve, mais aussi à délivrer des messages, à divertir, à toucher, à émouvoir etc. Et là, moi je veux juste dire que l’importance du lectorat n’est pas un point de mesure viable ou même juste.
L’année où c’est sorti, « René la Taupe » a fini en tête des ventes de singles en France. « Joséphine Ange Gardien » fait régulièrement les meilleures audiences, toutes chaînes confondues, lorsque TF1 cale ça en prime time. On pourra me reprocher de prendre deux exemples dégueulasses, mais ils démontrent assez bien que la loi du plus grand nombre, c’est d’une portée limitée lorsque l’on touche aux arts, et même plus globalement à la critique. Et là finalement, je réponds surtout à Binouz : dire en des termes plus polis qu’un livre est merdique, fut-il un Best Seller, ce n’est pas cracher à la gueule de tous ceux qui l’ont acheté et aimé. C’est d’une part ne pas renoncer à son libre-arbitre devant un pseudo argument d’autorité qui se contente de dire « C’est un succès commercial », et c’est d’autre part éventuellement penser que « populaire » ne veut pas tout et rien dire. Un livre populaire n’est pas mauvais parce qu’il est populaire, mais bien parce qu’il est mauvais.
Je n’ai jamais lu la moindre ligne d’un seul de ses bouquins, donc je ne m’attaque pas au travail de Marc Lévy en tant que tel, je réfute juste « l’argument du nombre ». Et Caro a raison au moins sur ce point : mépriser un lectorat, ce n’est pas considérer qu’un auteur n’est pas bon si c’est vraiment ce que l’on pense. C’est plus certainement imaginer par exemple que la littérature n’est le terrain de jeu que des élites intellectuelles, si tant est que ça veuille dire quelque-chose. J’en connais quelques-uns pour qui Harry Potter, ce n’est pas de la littérature, et pour qui Stephen King, c’est tout juste bon pour patienter dans les toilettes. Quand le mépris est systématique envers ce qui est relativement facile d’accès, il y a indéniablement un blocage attaquable et agaçant oui. Ou au moins un refus de considérer comme « utile » une littérature qui ne prétend pas marcher sur les plates-bandes de Proust et consorts. Heureusement que les génies ne sont pas les seuls à être autorisés à écrire, auquel cas on y perdrait énormément.
Mais je me dis parfois qu’il faut aussi accepter l’idée que ce qui marche le mieux, c’est assez logiquement ce qui est plutôt facile et consensuel. Et parfois du coup c’en est même très con. On entretient une confusion entre l’art et le produit de consommation, or on est finalement rarement une pointure dans les deux à la fois, même si ça arrive. Après, ce qui est vrai aussi, c’est que plus les médias auront les couilles de matraquer autre-chose que des produits formatés, moins les gens consommeront les produits culturels comme des moutons. (Encore une fois, je ne cite pas de noms là. Hormis Christophe Maé et Grégoire, du coup). (Mais je peux élargir la liste, si vous y tenez).
Image
Avatar de l’utilisateur
Yoan
Administrateur du site
 
Messages: 2289
Inscription: Ven 3 Déc 2010 21:58

Re: Littérature

Messagepar Binouz » Mar 6 Sep 2011 16:40

Je reviendrai répondre plus longuement parce que vous comprenez, il est 16h28 et je quitte à 16h30. ils m'ont tellement cassé les ***** que je ne resterai pas une seconde de plus. Mais juste vite fait là.

Je suis absolument d'accord avec tout ce que vous dites. Mais si je tiens ce discours, c'est avant tout pour déculpabiliser les lecteurs de Marc Levy.
Parce qu’il m'est souvent arrivé de casser du Levy (pas du juif, du Marc), et finalement me faire inviter chez la personne devant qui je critiquais ledit auteur et de le trouver sur l'étagère. Oups.
Parce que j'ai compris dans le post d'Auré qu'elle lisait du Lévy et qu'elle ne voulait pas lancer le débat.
Aussi parce que j'ai trouvé ce genre de lecture dans les meilleures bibliothèques !

Aussi, parce que je ne sais pas de quoi je parle ! Je n'ai jamais ouvert un levy ou un musso. Jamais. Et la plupart de leurs détracteurs non plus. et ça, ça m'agace.
Encore une fois, je préfère qu'ils lisent du Levy qu'ils ne lisent rien du tout. D'ailleurs, lorsque je travaillais en lycée, c'était le top 1 des emprunts... Mais c'était aussi l'occasion de rebondir sur d'autres choses moins "institutionnellement merdique".
Parce que la lecture, est importante, mais pas seulement pour les messages qu'elle peut véhiculer, mais pour ce qu'elle est intrinsèquement : structures de phrases, orthographe, syntaxe. Parce que j'ose espérer qu’une fois que la personne à lu tous les Levy, elle lira peut être autre chose. Du musso, oui. Bon. Peut être encore autre chose, aussi (c'est marrant, je suis pas convaincue de ce que je dis en écrivant ça). Bon, ensuite, le nivellement par le bas, prendre les gens pour plus bêtes qu'ils ne le sont.... Oui.
Effectivement, littérature populaire ne veut rien dire. Zola a ce compte là, fait de la littérature populaire.
Mais ce que je veux dire aussi, c'est qu'une bonne part de ce lectorat ne lira jamais autre chose que tout ça. C'est triste, mais c'est comme ça. Darwin, mec.

Bref. Personne ici ne dira que Marc Levy, c'est de la grande littérature, beaucoup d'entre eux, même, admettront volontiers que c'est du caca.

N'importe quoi ce post.
Et merde, il est 16h38.
Quand penses-tu ?
Avatar de l’utilisateur
Binouz
 
Messages: 390
Inscription: Sam 4 Déc 2010 22:23
Localisation: 93

Re: Littérature

Messagepar Silver*Dream » Mar 6 Sep 2011 19:10

Mes lectures de Levy datent tellement que je ne vais pas pouvoir en parler, même si j'avais posté mes reviews sur l'ancien forum (amen)... Mais moi ce que je retire des deux romans que j'ai lus, c'est avant tout beaucoup de grotesque, d'absurde, malheureusement involontaire. La palme revient à "Es-tu là ?" et son twist final, même si tout le roman est comme ça de toute façon. Ce qui m'a surpris, en revanche, c'est la facilité avec laquelle je les ai lus. C'est vraiment chiant mais c'est aussi prenant. Marc Levy est le vice.
Je suis d'accord avec Karo en tout cas.

Je pense que je vous avais déjà filé ce lien, mais au cas où: Je veux écrire comme Marc Levy. J'aime Slate !

Sinon ça fait un moment que j'entends parler de Stephen King sur ce forum, et je ne l'ai jamais lu ! J'aimerais m'y mettre, je me sens partant pour ce genre de littérature, en ce moment. Que me conseillez-vous ? J'ai vu des films inspirés de ses romans et notamment le fameux "Il" et "Il est revenu". Je vais bientôt me refaire les films d'ailleurs, ils m'avaient terrifié étant petit... Est-ce que le livre est du même acabit, ou bien vous me conseillez autre chose ?
I'm the first male lesbian, I feel less being jaded... The gayest straight boy that you'll ever meet~
Avatar de l’utilisateur
Silver*Dream
 
Messages: 237
Inscription: Sam 4 Déc 2010 14:30

Re: Littérature

Messagepar Binouz » Mer 7 Sep 2011 11:49

Marche ou crève, de Stephen King m'a traumatisé.
Si je me souviens bien (j'ai du le lire à 15-16 ans, je devais donc avoir... 15 ans :oops: ), c'est une grande compétition de marche. Ils sont 100 jeunes au départ, un seul à l'arrivée. Le principe est évidemment de ne pas s’arrêter. Jamais. Ils doivent se débrouiller pour manger, dormir, évacuer etc... Toujours marcher. Celui qui s'arrête : bam, une balle dans la tête. La marche dure des semaines, ou des mois... je me souviens encore de la description des pieds des derniers participants, de la fatigue extrême jusqu'à la folie.... Brrrr.
C'est marrant, je fais tout juste le rapprochement avec "on achève bien les chevaux" de Sydney Pollack, film qui décrit les marathons de danse auxquels participaient les américains après le crack boursier de 1929 pour gagner quelques maigres deniers... Même principe, manque juste la balle dans la tête.
Quand penses-tu ?
Avatar de l’utilisateur
Binouz
 
Messages: 390
Inscription: Sam 4 Déc 2010 22:23
Localisation: 93

Re: Littérature

Messagepar Yoan » Mer 7 Sep 2011 12:46

Tiens c'est marrant, c'est précisément "Marche ou Crève" qui avait été très critiqué, lors d'une discussion sur liteboard qui date me semble-t-il de 2003, par deux membres du forum. Puis défendu vaillamment par Pid, je crois.

(Yoan, ancêtre des lieux)
Image
Avatar de l’utilisateur
Yoan
Administrateur du site
 
Messages: 2289
Inscription: Ven 3 Déc 2010 21:58

Re: Littérature

Messagepar caro » Mar 4 Oct 2011 22:52

trois plombes et demi plus tard, je reprends sur Marc Lévy.
Déjà pour dire que je devais vivre dans ma grotte à cette époque parce que j'en avais entendu que du bien. Et donc j'ai acheté 3 livres d'un coup. J'ai commencé par Les enfants de la liberté : sur fond de Seconde Guerre Mondiale on suit les aventures dans la Résistance d'une bande d'ados. Au résumé, un peu dubitative, je me suis quand même dit : "pourquoi pas". Pas envie de réfléchir, envie d'un livre qui se lit vite, bien, un truc léger, qui vide la tête. A la fin du livre j'ai bien cru ne jamais pouvoir retrouver les neurones qu'il m'avait piqué !

Les deux autres c'est Et si c'était vrai ? et Où es-tu ?
et vraiment Auré n'y voit aucun mépris mais j'en souris encore rien qu'à écrire les titres. C'est simple, mon cher et tendre pensait que je lisais un truc drôle, alors je lui lisais des passages et lui il comprenait pas trop où je voulais en venir. En fait, je crois que c'était un rire de malaise parce que j'étais choquée de tant de simplisme et de niaiserie. J'exagère pas quand je dis que j'avais l'impression de lire un scénario de téléfilm TF1. Mais vois-tu, j'ai persévéré, parce que je ne pouvais pas croire à tant de malhonnêteté de la part d'un écrivain. Oui, parce que pour moi, il est malhonnête. Quand il défend la littérature populaire en se mettant dedans, et la fleur au fusil, une rose dans la bouche, il défend le pauvre peuple qui lit, enfin, grâce à lui. Mais il est pas populaire, il est juste nul. Et pour moi oui, on peut dire qu'il y a des critères pour décider de ça, mais que ces critères tu les acquiert plus facilement quand tu lis beaucoup, et beaucoup de styles différents. Tu vois tout de suite la supercherie du coup. Je sais pas, c'est comme Grégoire quoi. Tout est cousu de fil blanc, tu sais où il va t'emmener, tu connais la construction de chaque phrase, il n'y a aucune profondeur, aucune image, aucun...aucun Art quoi. Juste du factuel, du mielleux enrobé parfois de pseudo réflexions philosophiques du genre "On est tous l'étranger de quelqu'un", "la vie se goute à l’appétit de tous les jours", "on n'invite pas la mort, elle s'impose", et autres banalités indigestes...

Ce ne sont pas la banalités qui me gênent, mais la manière si plate et évidente de la raconter. J'aime beaucoup les récits sur le quotidien, sur les choses banales que certains écrivains rendent belles, mais lui il a tout faux. Les ficelles sont énormes, et ses formules ultra rabachées donnent toujours l'impression qu'il les a piquées ailleurs, en les modifiant trèèès légèrement. Le pire, c'est le ton des livres : solennels, tu sens le mec qui se regarde écrire et qui se répète ses propres phrases, le regard perdu vers l'océan, le mec qui se prend au sérieux.

Oui, j'ai eu l'impression d'être prise pour une conne en le lisant. J'avais envie de lui écrire sur un post-it "Non mais tu te fous de ma geule ?"
Il n'y a même pas d'histoire en fait, juste une idée de base autour de laquelle il tricote, avec le style "j'ai pas de style". Je suis entièrement d'accord avec le lien qu'a laissé Silver, et c'est pour ça que je pense que ce mec prend les gens pour des cons. Pour moi, ce serait comme si Lorie voulait éduquer musicalement les gens. Une imposture.


Voilà, je sais que c'est très tranché comme opinion, mais je ne trouve rien de défendable chez ce mec. J'ai envie de dire aux gens qui le lisent que si vous avez des minutes à consacrer à la lecture, il faut viser mieux. Il y a des tas de livres pas plus durs à lire, ou alors plus durs mais tellement passionnants qu'on fait pas gaffe. On peut se vider la tête "intelligemment". On peut se vider la tête en regardant un Tarentino. Ou Secret Story. C'est un choix, mais des deux permettez-moi de dire lequel de ces deux programmes est une merde.
Il faut pas se laisser formater, se trouver des excuses du genre "je veux pas me prendre la tête, je veux lire simple". Simple, ça veut pas dire débile. Et Marc Levy écrit des livres débiles, bourrés de stéréotypes cons à en pleurer. Je pense que tout le monde est capable de mieux, mais n'est pas habitué à chercher plus loin. On prend ce qu'on nous propose et basta ! Je ne méprise pas ses lecteurs, que ce soit clair, au contraire, je me dis que c'est dommage parce que quand quelqu'un est un potentiel lecteur il faut le pousser à ne pas se contenter des choses évidentes mais qui ne pousseront pas à progresser. Parce que en tant que lecteur on progresse. Plus on lit, plus on est capable de lire toutes sortes de choses. Et avec un livre sur les mêmes thèmes éculés (amour, mort...), mais bien écrit, le plaisir sera décuplé et tu auras l'impression de ressortir enrichie et pas que "vidée". Un bon livre va te pousser à lire toujours plus de choses différentes, à te renseigner sur des thèmes, etc. Un bon livre, ça te rend curieux et pas seulement consommateur.
Par exemple, sur la vie, sur l'ironie de la vie, sur l'amour, le couple, le temps, l'humour, sur l'art et plein d'autres choses, y a Kundera. Il a écrit des trucs magnifiques. Et on en fait tout un foin, mais il est pas si difficile à lire. Moi il m'a happée, et j'ai l'intégral maintenant quasiment.

J'espère ne pas trop avoir froissé une certaine lectrice :pen: .
"Former les hommes, ce n’est pas remplir un vase, c’est allumer un feu." Aristophane.
Avatar de l’utilisateur
caro
 
Messages: 302
Inscription: Sam 4 Déc 2010 13:48

Re: Littérature

Messagepar Binouz » Mer 5 Oct 2011 11:09

J'admets ne jamais avoir rien lu de lui. J'en tire même une certaine fierté : je n'ai jamais succombé !

A la fin du livre j'ai bien cru ne jamais pouvoir retrouver les neurones qu'il m'avait piqué !

je ne pouvais pas croire à tant de malhonnêteté de la part d'un écrivain

j'ai eu l'impression d'être prise pour une conne en le lisant

J'avais envie de lui écrire sur un post-it "Non mais tu te fous de ma gueule ?"


Dans ce cas là, pourquoi ? On a tous des milliards d'exemple : le succès commercial n'est en rien un gage de qualité de l’œuvre, si tant est que s'en est une. Oui, ok. Mais je ne peux pas m'empêcher de faire le parallèle avec Emile Zola : l'accueil populaire a été extrêmement chaleureux, en revanche, il a clairement été méprisé pas la bourgeoisie, et surtout, par les intellectuels. Alors certes, d'autres choses rentraient en jeu. La classe ouvrière, le prolétariat, la pauvreté, l'alcoolisme, la vie ouvrière : comment pouvions nous consacrer tant de pages, à tant de bassesse ? Zola était le grand absent des bibliothèques municipales....
Revenons en à Marc Levy (moi j'y mets peut être à tort, aussi les Musso, Nothomb... A une époque, il y a avait les Harlequins aussi, hein). Ce qu'il dit ne fait pas sens chez toi, te paraît ridiculement absurde, te semble être d'une banalité affligeante, certes. Je l'entends, et si j'ai un jour j'ai le courage de me lancer là dedans, ce sera aussi certainement mon avis. Mais là, on est à la frontière de l’élitisme voire même du mépris. On peut aussi considérer que ces réflexions faussement philosophiques (pour toi, par exemple) puissent être percutantes chez d'autres, qui ont besoin de mots simples, de structure de phrases peu complexe et accessibles. Et qui n'ont pas l'habitude de mener ce genre de réflexions.

Ensuite, je suis d’accord avec toi. L'insoutenable légèreté de l'être de Kundera, je l'ai lu à 16 ans, en 1998 (je m'en souviens, c'était la coupe du monde), parce que je pars du principe suivant : si un Homme le peux, tout le monde le peux. D'ailleurs, avant toute chose, c'est cette maxime simple qui devrait être enseignée.
Mais avant de se lancer dans un pavé de 500 pages, ça demande un minimum d'être familiarisé avec l'objet livre, avec l'attention minimum que demande la lecture. Même si c'est absolument indissociables, la lecture et la littérature sont distinctes. Avant de se lancer dans la littérature, on doit d'abord aimer la lecture. il existe plein de bons lecteurs qui n'aiment pas la littérature. Qui préféreront les essais, par exemple, les livres historiques.
Quand j'étais documentaliste dans un lycée professionnel, chaque emprunt était une victoire. Voir un élève calme au CDI avec un bouquin était déjà une victoire en tant que tel. Avec certain , je sentais que je pouvais proposer d'autres choses, du Pennac par exemple, et ça marchait. Et avec d'autres, je n'insistais surtout pas, parce que je n'étais même pas sûre qu'ils allaient arrivé au bout de leur Marc Levy.....
Et c'est là où je "défends" (défendre est un grand mot) ce genre de littérature dite populaire. Elle permet de mettre un pied dans le monde du livre. Peut être pas dans la littérature, certes. Mais dans l'action de lire. Et pour moi, ce n'est qu'une première étape, mais c'est une étape, pour certain, indispensable.
Quand penses-tu ?
Avatar de l’utilisateur
Binouz
 
Messages: 390
Inscription: Sam 4 Déc 2010 22:23
Localisation: 93

Re: Littérature

Messagepar Yoan » Mer 5 Oct 2011 13:00

Je n'ai jamais rien lu d'autre de cet auteur que quelques phrases extraites de ses ouvrages, dans le but de moquer son style. Ou son non-style. Si l'exercice est amusant, ça ne peut évidemment pas constituer une base sérieuse pour porter un regard sur son travail.
Alors, je vais m'en tenir à ce que je connais, et poursuivre le parallèle avec Grégoire, mon 'imposteur" préféré. Et en l'occurrence, si je ne manque jamais de rappeler à quel point je le trouve mauvais, à quel point son succès est à mon avis un symbole tristement fort de l'état de délabrement avancé des musiques populaires en France, il y a un point sur lequel j'aurais pourtant du mal à m'avancer. Je ne serais effectivement pas surpris que pour sa part, il tienne en haute estime ce qu'il fait. Je ne serais pas surpris qu'en son âme et conscience, il ait l'impression de délivrer au public quelque chose qui mérite son succès. Il dirait d’ailleurs, et à raison, que c’est le public qui l’a choisi. Alors quand je parle d’imposture, je vise le caractère ultra banal et répétitif de ses compositions, la parfaite platitude du fond comme de la forme, bref, de tout ce qui fait que sa musique est à mon sens une espèce de vide créatif consensuel pour remplir l’espace entre deux pages publicitaires. Il n’empêche, si je peux sur cette base développer des hypothèses personnelles sur le gouffre qualitatif qui marque le paysage musical populaire en France actuellement, je ne suis absolument pas certain qu’il se « foute de la gueule du monde ». J’arrive à l’imaginer à la fois nul, selon mes critères (qui sont les bons, comme chacun sait :D ), et sincère. Sincère, investi, passionné… Pourquoi pas ?
Alors, de la même façon, prêter des intentions méprisantes à un auteur à l’égard de son lectorat, ça me semble déjà signifier qu’on est lucide sur ce qu’on produit. Or, je connais déjà tellement de gens qui font de la musique entre quatre murs, pour un résultat plus ou moins mauvais, en étant malgré tout relativement enthousiastes quant à leurs chances de « percer », que je me dis deux choses :

- Premièrement, est-ce que moi aussi, je n’ai pas l’oreille conciliante avec mes propres créations ? Est-ce que, lorsque j’aurai de quoi soumettre des morceaux à des gens qui sont tous des critiques en puissance, je ne serais pas outré qu’on m’oppose une « réalité » que je n’arrive pas à entendre/accepter ?
- Est-ce, plus encore lorsqu’on cartonne et qu’on a des fans par milliers, on est apte à ouvrir les yeux ? La réponse est bien évidemment non, encore moins.

Tout ça pour dire que je ne pense pas qu’un écrivain, un musicien, ou un cinéaste, fut-il le plus mauvais à nos yeux, ait très souvent des intentions mesquines à la base. Il y a certainement une forme de confort narcissique à croire qu’on est le meilleur, je veux dire, en être parfaitement convaincu. Surtout quand on nage dans le succès, qui n’est dans l’absolu le gage de rien, mais qui fait tourner les têtes.
Image
Avatar de l’utilisateur
Yoan
Administrateur du site
 
Messages: 2289
Inscription: Ven 3 Déc 2010 21:58

Re: Littérature

Messagepar caro » Mer 5 Oct 2011 14:17

Mais là, on est à la frontière de l’élitisme voire même du mépris. On peut aussi considérer que ces réflexions faussement philosophiques (pour toi, par exemple) puissent être percutantes chez d'autres, qui ont besoin de mots simples, de structure de phrases peu complexe et accessibles. Et qui n'ont pas l'habitude de mener ce genre de réflexions.


Mais c'est là que je suis pas d'accord. Dire que les gens sont capables de comprendre des choses complexes c'est le contraire de l'élitisme. Mais Levy est tellement plat qu'il ne va jamais au-delà des choses et de la simplicité. Et quand je dis ça, je suis persuadée qu'on peut dire des choses complexes simplement. Edgar Morin a basé toute ses idées sur la notion de complexité. Il a écrit sur la pensée complexe, il a écrit La methode en 6 tomes. Au premier abord, on se dit que ça va être chiant et dur, et au final c'est très agréable à lire. On est dans un autre genre que la littérature, on est dans la socio, mais justement, il prouve et revendique le fait que les choses complexes peuvent être dites simplement, et je suis bien d'accord. Mais il y a une limite entre simplicité et simplisme et je pense encore une fois, et je répète parce que j'ai l'impression de ne pas être comprise sur ce point : le problème n'est pas dans la simplicité ou la banalité, mais dans la platitude. Comme si le mec n'avait jamais réfléchi plus de trois secondes à des sujets, qu'il s'en tenait aux stéréotypes pour les débiter comme un porc. J'aime beaucoup Pennac aussi. Simple, drôle, percutant, intelligent. L'air de rien il a des sujets complexes amenés simplement et à la portée de tous. Levy n'a pas de sujet.
J'aime la littérature populaire, je suis fan de Stephen King, j'aime bien Irving, les romans policiers, etc. Le problème n'est pas là. Et j'ai jamais attaqué la littérature populaire, ni la simplicité des sujets, si vous remarquez bien. Et je pense en plus ne pas être très difficile quand il s'agit de lecture. Le problème de Levy c'est son absence de style et ses scenarii au ras des pâquerettes. Parce que des mecs avec une intrigue mince arrivent quand même à écrire des choses chouettes. Lui, on sent qu'il se prend pas la tête. C'est le TF1 de la littérature, je répète. Et à quelqu'un qui lit ça, je diriai que c'est un début à vite dépasser quoi. En lisant Pennac, ça me paraît pas mal déjà.
Ensuite, ce que je dis sur l'impression de prendre son lecteur pour un con n'avait pas valeur de "vérité", je partageais là plus mon impression de lectrice d'avoir été victime d'imposture.
"Former les hommes, ce n’est pas remplir un vase, c’est allumer un feu." Aristophane.
Avatar de l’utilisateur
caro
 
Messages: 302
Inscription: Sam 4 Déc 2010 13:48

Re: Littérature

Messagepar Binouz » Mer 5 Oct 2011 15:29

Dire que les gens sont capables de comprendre des choses complexes c'est le contraire de l'élitisme

Right.
Et je n'ai rien à rajouter, parce que je suis d'accord avec toi sur la question du simple vs simplisme.
Mais j'en reviens aux limites de chacun.

Je suis la première à dire que tout le monde est capable de ce que peut un Homme. Si mon voisin peut lire Kant, pourquoi pas moi ? Ce qui empêche telle personne de ne pas lire Kant, c'est la volonté. Et la volonté, elle va se chercher. J. Jacotot dit que le seul et unique rôle de l'enseignant n'est pas d'instruire mais d'émanciper intellectuellement. Et de quelle façon ? En donnant le goût des choses. Émanciper un homme, c'est l'aider à s'intéresser, l'aider à être curieux, l'aider à se poser des questions et l'aider à aller chercher les réponses. Alors c'est sûr, ce n'est pas Marc Levy le permettra et qui aidera à l'émancipation intellectuelle de l'Humanité. Mais si il peut donner le goût de lire à quelques personnes, qui ne le feraient pas autrement, alors pourquoi pas.

(....... mais parce qu’il dit des choses d'une banalité affligeante, parce qu’il prends les gens pour plus cons qu'ils ne le sont etc =D )
Quand penses-tu ?
Avatar de l’utilisateur
Binouz
 
Messages: 390
Inscription: Sam 4 Déc 2010 22:23
Localisation: 93

Re: Littérature

Messagepar caro » Mer 5 Oct 2011 21:07

Là, en revanche, où je chipote, c'est que je pense que comme Mr Levy contribue au nivellement par le bas de la littérature, un lecteur qui ne lirait que cet auteur ne pourra jamais lire Kant. Parce que pour lire Kant il faut quand même faire un bout de chemin avant et avoir amassé quelques bagages pour le comprendre vraiment. C'est une question de volonté, mais pas que. Et je ne suis même pas sûre que Levy donne le goût de lire, réellement. A moins que Sœur Thérèse.com donne envie de se pencher sur la carrière de Lynch, remarque. Mais j'en doute. Soeur Thérèse.com donne plutôt envie de se cantonner à Soeur Thérèse.com, à mon humble avis. :face:
Et encore une fois, on peut aimer Lynch ET Soeur Thérèse.com, mais permettez-moi de dire lequel est le plus grotesque et ridicule. :]
"Former les hommes, ce n’est pas remplir un vase, c’est allumer un feu." Aristophane.
Avatar de l’utilisateur
caro
 
Messages: 302
Inscription: Sam 4 Déc 2010 13:48

Re: Littérature

Messagepar Binouz » Mer 5 Oct 2011 21:20

soeur... quoi ?? Non mais j'connais rien, c'est affligeant.

En effet, si à 30 ans, on lit encore du Levy, y'a peu de chance qu'on passe à autre chose. Mais à 15 ans, rien n'est joué, je pense.
Quand penses-tu ?
Avatar de l’utilisateur
Binouz
 
Messages: 390
Inscription: Sam 4 Déc 2010 22:23
Localisation: 93

Re: Littérature

Messagepar caro » Mer 5 Oct 2011 21:33

http://fr.wikipedia.org/wiki/S%C5%93ur_ ... 3%A8se.com

Sœur Thérèse est une ancienne flic devenue religieuse. Son ex-mari, le lieutenant Gérard Bonaventure fait souvent appel à elle pour qu'elle l'aide à résoudre des affaires criminelles, ce qu'elle accepte, soutenue par la Mère Supérieure, fan de romans policiers. Il est généralement assisté par Gabriel, dont chaque visite au couvent est l'occasion de voir Sœur Clémence. Lucie, la compagne de Bonaventure, désapprouve quant à elle les incursions de Juliette (l'ancienne identité de Sœur Thérèse) dans sa vie. Les religieuses doivent par ailleurs faire face à un propriétaire désireux de récupérer son terrain, Monsieur Roche. Pour payer les loyers, elles fabriquent des couettes faites main, qu'elles vendent sur le site www.soeurtherese.com
Fichiers joints
dominique_lavanant_dans_soeur_therese.com_reference.jpg
dominique_lavanant_dans_soeur_therese.com_reference.jpg (24.1 Kio) Vu 3364 fois
"Former les hommes, ce n’est pas remplir un vase, c’est allumer un feu." Aristophane.
Avatar de l’utilisateur
caro
 
Messages: 302
Inscription: Sam 4 Déc 2010 13:48

Re: Littérature

Messagepar Binouz » Mer 5 Oct 2011 21:40

Passionnant !
Quand penses-tu ?
Avatar de l’utilisateur
Binouz
 
Messages: 390
Inscription: Sam 4 Déc 2010 22:23
Localisation: 93

Re: Littérature

Messagepar caro » Mer 5 Oct 2011 21:47

"Hmm, n'est-il point ?"
Fichiers joints
marc_levy-1.jpg
marc_levy-1.jpg (446.52 Kio) Vu 3356 fois
"Former les hommes, ce n’est pas remplir un vase, c’est allumer un feu." Aristophane.
Avatar de l’utilisateur
caro
 
Messages: 302
Inscription: Sam 4 Déc 2010 13:48

PrécédenteSuivante

Retourner vers Culture

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités

cron